Fermer

Publié par pascal.lapointe  -  12.Février.2020 - 09:37
1486  
 

Sous le radar | Repêchage 2020 : Rodion Amirov

Un Russe nord-américain, ça se peut ?

Comme vous le voyez depuis le premier texte de ce repêchage, il y a beaucoup de joueurs qui sont excellents dans les trois zones. Amirov n’échappe pas à cette tendance. Le Russe joue est/ouest. Ce n’est pas qu’il ne fonce pas au filet ou qu’il est un joueur de périphérie, c’est seulement qu’il possède un talent certain pour manipuler le jeu. L’ailier adore faire bouger la défensive pour ouvrir les lignes de passes ou créer des espaces libres. Sa vision et son intelligence lui permettent de créer des occasions à partir de rien. Ce n’est pas le joueur le plus flashy ou imaginatif dans ses bagarres à un contre un, mais il rend la tâche difficile à ceux qui veulent le contrer. Malgré le fait qu’Amirov manque un peu de poids sur sa charpente, il est très bon le long des rampes en possession du disque ou en récupération de rondelle. Il utilise son agilité en faisant plusieurs changements de vitesse successifs ou en faisant des virages secs à 180 degrés pour déstabiliser son adversaire. Il est rare que le joueur de la KHL perde la rondelle, mais au prochain niveau, il va devoir améliorer son accélération et sa masse, car il est trop frêle.



Un joueur complémentaire

Ses habilités pour marquer des buts sont également très développées. Rodion sait où se positionner pour décocher son lancer foudroyant. Dans la LNH, il ne sera probablement pas une vedette à 100 points par saison qui est l’arme offensive d’une équipe. Toutefois, il va contribuer grandement au succès du club. Il complètera à merveille n’importe quelle vedette dans le futur dû à son intelligence. De plus, le Russe va pouvoir jouer le rôle défensif sur un trio, car il est très responsable dans son territoire. En relance, ses passes sont précises et on le voit très impliqué en replis. En désavantage ou en avantage, il est l’un des plus utiles de sa tranche d’âge. Toutefois, il n’a pas encore prouvé qu’il pouvait dominer avec des joueurs plus vieux que lui, car en KHL, il n’a pas réussi à se démarquer, loin de là.

La journée du repêchage

Pour le repêchage, le facteur russe va probablement jouer en sa défaveur. Il va sûrement sortir en première ronde entre 15 et 25. Si le CH a l’occasion de le sélectionner dans ces eaux-là, je n’y vois pas d’objection, mais on n’a pas nécessairement un bon historique avec les Russes donc je ne sais pas s’ils vont se risquer. Malgré tout, Rodion remplirait un besoin aux ailes et sa polyvalence rentre dans la philosophie de l’équipe. Ses faiblesses sont faciles à corriger, car elles se règlent principalement au gym. On ne peut pas enseigner les qualités qu’ils possèdent et c’est ça que les recruteurs vont aimer.



À lire également


Repêchage 2020 : Noel Gunler
Repêchage 2020 : Mavrik Bourque
Repêchage 2020 : Hendrix Lapierre
Repêchage 2020 : Jérémie Poirier
Repêchage 2020 : Connor Zary
Repêchage 2020 : Jan Mysak
Repêchage 2020 : Braden Schneider
Repêchage 2020 : Dawson Mercer
Repêchage 2020 : Dylan Holloway
Repêchage 2020 : Marco Rossi
Repêchage 2020 : Anton Lundell
Repêchage 2020 : Cole Perfetti
Repêchage 2020 : Alexander Holtz
Repêchage 2020 : Jamie Drysdale
Repêchage 2020 : Tim Stutzle
Repêchage 2020 : Lucas Raymond
Repêchage 2020 : Quinton Byfield
Repêchage 2020 : Alexis Lafrenière

0
  

Commentaires

Tu souhaites participer à cette discussion?!? Rejoins dès maintenant la communauté de TSLH!


Rejoindre la communauté  -  Les avantages de devenir membre

OU

Si vous possédez déjà un compte sur TSLH, assurez-vous que l'email du compte est le même que de celui de votre compte Facebook.


S'adresser à un ou des utilisateur(s)

Commentaire
 
Tu souhaites écrire sur le monde du hockey?!? Rejoins dès maintenant notre équipe de collaborateurs!
Ça m'intéresse!

Réseaux sociaux