Retour à l'accueil

EXCLUSIF | Un excellent début professionnel qui surprend peu

Élevé dans un petit village nommé Saint-André-Avellin, Xavier Simoneau a grandi dans le hockey en défiant les pronostics. Son gabarit aurait pu l’empêcher d’atteindre les hautes sphères du hockey, mais pour le gars du village, il n’était aucunement question de se laisser abattre. Le travail, l’acharnement et l’utilisation de son identité dans un style propre à lui l’amènent finalement dans la ligue américaine.

C’est en 2021 que le rêve de Xavier Simoneau se réalise. À sa 3e année d’éligibilité au repêchage de la NHL, les Canadiens de Montréal sélectionnent l’attaquant en 6e ronde. Une fierté pour sa famille, qui était partisan de longue date du Tricolore.

Or, Simoneau a tout de même tombé dans le radar de certaines équipes dès sa première année d’éligibilité. Sa grandeur aura finalement freiné les équipes pour une sélection à l’encan annuel. C’est survenu à deux reprises avant que le CH ne décide de sélectionner l’athlète.

«J’ai été en contact avec quelqu’un qui travaille pour une équipe de la NHL et eux ils ont accès à toutes sortes de statistiques avancées,» explique Mathieu Turcotte, ancien entraîneur de Xavier Simoneau chez les Voltigeurs de Drummondville. «À son année repêchage, malgré son gabarit, Xavier c’était le joueur qui remportait le plus de batailles un contre un de notre ligue. Donc ça, ça piquait clairement la curiosité de cette équipe-là, qui l’a invité au camp de développement à l’été.»

De toutes les équipes intéressées à inviter Simoneau à leur camp, le principal intéressé penche pour les Maple Leafs. Il abordait ce camp en étant le Xavier Simoneau qu’il a toujours été, confiait-il à Jonathan Habaschi à l’époque.

Dans ce premier volet de mon entrevue avec Xavier Simoneau, découvrez l’humain derrière le joueur de hockey:

Au diable le gabarit

Tout au long de son parcours, le gabarit n’a jamais été une crainte pour Simoneau. Comme il confiait en entrevue, il a constamment trouvé une façon de se démarquer dans son jeu, et ce, même avant la LHJMQ. Cette identité, il l’a forgée au fil du temps et aujourd’hui, il récole le fruit d’un dur labeur.

«Quand tu es un gars de 5’7, tout le monde te dit que tu es trop petit. Il fallait que je trouve une façon de performer et de me faire voir d’une autre manière que de faire des points,» explique Xavier Simoneau.

Dans le junior, Xavier Simoneau a toujours montré un style de jeu très professionnel. Tant chez les Voltigeurs en tant que recrue ou à Charlottetown comme vétéran de 20 ans, Simoneau n’a jamais eu peur de personne. C’est cette combativité qui lui permet, soir après soir, d’aller dans les coins de patinoire et de faire le sale boulot pour contribuer aux succès de son équipe. D’ailleurs, cet aspect de son jeu tellement perceptible dans le junior favorise clairement son adaptation au hockey professionnel.

«Il faisait tous les petits détails qui font en sorte que quelqu’un a du succès chez les professionnels. Et il faisait des points en masse. Donc quand tu combines ces éléments-là, je ne suis aucunement surpris de son succès en AHL,» raconte Mathieu Turcotte dans un entretien téléphonique avec l’auteur de ces lignes.

Un très bon début

L’ancien entraîneur de Sioneau maintenant en charge du Blizzard du Séminaire St-François est l’une des nombreuses personnes qui ne sont pas surprises des débuts de Xavier Simoneau chez les professionnels. Jusqu’ici, la recrue du Rocket de Laval produit de l’offensive pour son équipe. Par contre, l’énergie qu’il donne à son équipe et à la foule émane directement de son ADN de battant. Il a livré des combats, donné de grosses mises en échec et s’est constamment retrouvé dans des mêlées devant le filet en raison de son implication.

La recrue du Rocket est également utilisée en avantage numérique. Chez les Islanders de Charlottetown, on l’envoyait sur le flanc gauche pour alimenter ses coéquipiers grâce à sa vision et son talent de passeur de grande qualité. Or, c’est devant le filet qu’on trouve souvent Simoneau sur le jeu de puissance du Rocket. Sa versatilité permet à son entraîneur de l’employer également sur le flanc droit et gauche en raison des blessures. Jusqu’ici, il fait très bien dans ces rôles, ne reculant jamais devant les défenseurs de 6 pieds et plus lorsque posté dans l’enclave.

«Le niveau de jeu est beaucoup plus impressionnant. Du midget au junior, c’est quand même un gros step. Du junior au niveau professionnel, c’est une plus grosse marche. Le jeu est plus robuste et plus rapide.»

– Xavier Simoneau

C’est dès le début de la saison que Xavier Simoneau a su impressionner son entraîneur Jean-François Houle. Ce dernier a souligné l’excellent travail de sa recrue devant l’auteur de ces lignes après que Xavier Simoneau ait inscrit son premier but en carrière dans la AHL. Cette soirée-là, il avait inscrit un tour du chapeau à la Gordie Howe avec un but, une passe et un combat contre Brett Murray (6’5, 228 livres).

«C’est un jeune joueur compétitif, il va dans les coins de patinoire et il est fatigant à jouer contre. C’est un joueur qui a de la hargne et qui gagne ses bagarres le long des rampes. Ça peut toujours aider une équipe,» mentionnait l’entraîneur dans un point de presse d’après match.

Tour du chapeau à la Gordie Howe, gracieuseté de Xavier Simoneau

Sur la glace, il demeure le même Xavier Simoneau qu’on a observé tout au long de son parcours dans le circuit Courteau. C’est en adoptant ce style propre à lui qu’il a pu obtenir sa chance. Et c’est en maintenant ce style qu’il graduera dans l’organisation des Canadiens. Toutefois, le natif de Saint-André-Avellin nous expliquait qu’en dehors de la patinoire, il a dû s’ajuster dans son rôle de recrue.

«Mon identité sur la glace a toujours été dans mon ADN de travailler fort et d’être un leader sur la glace. À l’extérieur de la glace, c’est différent un peu. Oui j’aime ça faire des jokes, mais je garde un peu plus ma langue dans ma poche. Je ne suis pas un leader comme quand j’étais un vétéran de 5 ans dans le junior. C’est sur que je ne suis pas le premier dans chambre à me lever pour parler.»

Doit-on voir cela de façon négative ? Pas du tout. Xavier Simoneau montre beaucoup de maturité en prenant suffisamment sa place, mais pas trop. C’est en demeurant exemplaire sur la patinoire qu’il démontre son leadership. Se lever dans la chambre comme il le faisait souvent dans le junior, ça viendra avec le temps.

Le même processus que RHP

Le 4 juillet 2022, on apprenait que Xavier Simoneau signait un contrat AHL avec le Rocket de Laval. Ce n’est donc pas le contrat d’entrée conventionnel qu’il obtient. Par contre, ce n’est nullement une déception pour le joueur, qui ne souhaitait que jouer dans le hockey professionnel après tout.

«Tout au long, c’était clair entre les deux côtés pour le contrat AHL. C’était le même processus qu’avec Harvey-Pinard,» clarifie Simoneau lorsque questionné sur son contrat AHL.

On a donc opté pour un contrat AHL afin de lui donner une chance de se faire-valoir devant l’organisation sans pour autant leur coûter un contrat sur le maximum de 50. Rafael Harvey-Pinard est aussi passé par ce processus et aujourd’hui, il a son contrat d’entrée en poche. Avec le rendement qu’il offre depuis le début de la saison, il serait surprenant que l’organisation ne soit pas convaincue. On peut donc s’attendre à un contrat d’entrée dès la prochaine saison pour le Québécois.

Si Xavier Simoneau connaît du succès dans la AHL jusqu’ici, ça n’a pas toujours été le cas du Rocket. En début d’année, on peinait souvent à remporter des matchs pourtant serrés. L’effort et le travail y étaient, mais il semblait toujours manquer un petit quelque chose au sein de l’équipe. Depuis, le Rocket s’est redressé malgré la perte de nombreux joueurs en raison des rappels et des blessures.

«Ça été difficile mentalement et physiquement. On ne jouait pas mal, mais on n’était pas capable d’aller chercher des victoires. Je pense que nous jouions avec la peur de perdre, mais maintenant on fait juste jouer et il y a plus d’enthousiasme donc ça va bien,» explique Simoneau.

C’est notamment grâce au leadership de la chambre si le club s’est redressé. Durant l’entrevue, Xavier Simoneau raconte à quel point des joueurs comme Alex Belzile et Gabriel Bourque sont des exemples en termes de leader.

Avec cet ADN de meneur déjà bien forgé en dedans de lui, Xavier Simoneau est bien entouré pour grandir comme un leader incontesté au sein du Rocket de Laval et qui sait, un jour peut-être, chez les Canadiens de Montréal.

Nos entrevue sur le TSLH Espoirs:

EXCLUSIF | Xavier Simoneau: les racines d’un meneur exemplaire

Ethan Gauthier : Ce moment qui a tout changé | EXCLUSIF

EXCLUSIF | Un style gravé dans l’ADN d’Ethan Gauthier

EXCLUSIF | Ethan Gauthier se motive de l’attention dirigée vers lui

ENTREVUE | «J’étais vraiment soulagé que ça arrive !» (William Trudeau)

Joe Vrbetic: la décision de passer pro fut relativement facile

Podcasts
& vidéos

11 juin 24

#137. Top 32: Liste finale de Mathieu pour le repêchage 2024

Mathieu vous présente ses analyses et ses profils de joueur pour le repêchage 2024 concernant les 32 meilleurs espoirs, à ses yeux.

11 juin 24

#136. TOP32: Liste finale de Pascal pour le repêchage 2024

Dans cet épisode, Pascal vous présente ses 32 meilleurs espoirs pour le repêchage 2024 !

27 mai 24

#135. Mock Draft 2024 (Rangs 11 à 20) et prédiction pour la Coupe Memoriale !

Dans cet épisode, on poursuit notre Mock Draft NHL avec les rangs 11 à 20 et on met la table pour le tournoi de la Coupe Memoriale !

Nouvelles

Signature 16 juin 2024

Au tour du 2e meilleur pointeur des séries de la SHL de signer un contrat dans la LNH!

Rodrigo Abols
Canadiens Montréal 16 juin 2024

Où évoluera Oliver Kapanen l’an prochain?

Oliver Kapanen - InStat Hockey
Signature 16 juin 2024

Oliver Kapanen signe son contrat d’entrée avec le CH

Oliver Kapanen signe son contrat d’entrée avec le CH
Actualité NHL 15 juin 2024

Connor McDavid dépasse Wayne Gretzky

Connor McDavid dépasse Wayne Gretzky
Signature 14 juin 2024

Oscar Fisker-Molgaard s’entend avec le Kraken

Oscar Fisker-Molgaard s’entend avec le Kraken
Canadiens Montréal 14 juin 2024

La fin pour Jesse Ylonen avec les Canadiens?

La fin pour Jesse Ylonen avec les Canadiens?
Actualité NHL 14 juin 2024

Les Oilers d’Edmonton au bord du gouffre… mais pourquoi?

Les Oilers d’Edmonton au bord du gouffre… mais pourquoi?
Signature 14 juin 2024

Le meilleur pointeur en séries de la SHL s’entend avec l’Avalanche

Jere Innala

Commentaires