Retour à l'accueil

À la loupe | Nathan Beaulieu, entre ombres et lumières

Parmi les membres de la brigade arrière du Canadien, Nathan Beaulieu apparaît de plus en plus comme un cas particulier. Unanimement reconnu comme un défenseur de qualité, niveau top-4 selon certains, l’Ontarien n’en reste pas moins très irrégulier, ce qui le place cette année dans une situation relativement complexe. Au vu de quelques unes de ses sorties, il est plutôt difficile de dire que Beaulieu est en échec sportif à Montréal. Cependant, il est clair que notre homme ne parvient toujours pas à exploiter pleinement la vaste étendue de ses qualités, au grand dam de Michel Therrien.

Un décalage entre talent et production

Le match d’hier après-midi face aux Red Wings en est ainsi une parfaite illustration. Annoncé sur la deuxième paire en compagnie de Jeff Petry, Beaulieu a rapidement été recalé sur le troisième duo, avec Zach Redmond. En conséquence, et alors que son temps de glace moyen tourne habituellement à 20:01 (avec des points à 25:00 contre les Rangers ou 27:50 face aux Capitals), il n’a passé hier que 15:27 sur la glace de la Joe Louis Arena. Pendant ce temps, Mark Barberio, monté d’un cran dans la hiérarchie des défenseurs, a patiné pendant plus de 20 minutes (20:45), dans ce qui s’est terminé en une défaite 1-0 contre Detroit. Or, s’il n’est pas question d’extrapoler à partir d’une seule décision tactique qui ne vaut guère comme unique appréciation de sa saison, il est clair que ce genre de choix, en revanche, souligne un certain malaise autour de Beaulieu. Manque de lucidité, de solidité ou de robustesse, passes dangereuses, revirements, le tout doublé d’un ratio de -6 sur les quatre matchs ayant précédé le duel face aux Red Wings, autant d’éléments qui l’ont plombé ces derniers jours.

La problématique pour Therrien et son équipe technique sera donc de savoir quel Nathan Beaulieu évoluera avec le CH pour le reste de cette campagne. Celui, timoré, de ce déplacement dans le Michigan? Ou bien ce patineur élégant, doté d’un excellent sens du jeu et de vraies qualités dans son placement, ainsi que dans l’usage de son bâton; celui que beaucoup de partisans apprécient? C’est en tout cas ce profil-là que Montréal a sélectionné au 17ème rang du Repêchage 2011 et c’est aussi ce pourquoi nombre d’observateurs l’imaginaient décoller à l’automne aux côtés de Shea Weber. Arrivés à la mi-saison, on constate cependant que malgré l’émergence d’une bonne chimie avec Petry, le jeu inconsistant d’un Beaulieu qui cumule pour l’heure 16 points (2 buts, 14 assistances) l’a relégué au rang de quatrième, voir cinquième défenseur des Habs.

Un retour à la case départ, en somme, pour celui qui peine à se faire valoir comme un arrière top-4 depuis son entrée dans le circuit Bettman. L’idée de faire de Beaulieu un Suter ou un Josi 2.0 avait germé au cours de la saison morte, sans que l’Ontarien, trop discret, ne parvienne finalement à trouver ses marques auprès de l’ancien capitaine des Prédateurs. Trop friable défensivement, pas assez physique, Beaulieu tarde aussi à exploser sur le plan offensif, bien que sa récolte actuelle de 16 unités nous indique qu’il va, logiquement, dépasser son total de 19 points accumulés en 64 rencontres l’an passé. Mais à 24 ans, un joueur avec ses qualités intrinsèques devrait bel et bien contribuer davantage, sans se contenter d’une base de 30 points l’année, surtout lorsqu’on parle d’un arrière critiqué pour son jeu en zone défensive.

Quelle est sa place réelle à Montréal?

Maintenant, le fait est que notre homme s’avère être un défenseur mobile, un bon manieur de disque et un excellent passeur. Des attributs naturels qui lui ont parfois valu l’étiquette de « défenseur du CH le plus doué avec la rondelle après Subban », lorsque le #76 traînait encore aux abords du Centre Bell. Mais comme celui-ci, Beaulieu se retrouve maintenant dans le collimateur de Michel Therrien du fait d’une certaine inconstance en défensive, qui a forcé hier le technicien québécois à réduire son nombre de minutes. Autre indicateur du malaise, cette déclaration récente de Marc Bergevin, qui se dit désormais en chasse d’un arrière possédant un profil similaire au sien, mais visiblement en mesure d’aider le Canadien dès maintenant. C’est justement là que le bât blesse pour notre homme, prometteur certes, mais qui tarde trop à passer un cap dans son jeu. Pourtant, les capacités sont là, et c’est pas à pas qu’il pourra être amené à progresser. Seulement, ce genre de parcours requiert de la patience chez l’organisation et il se peut que Montréal ne puisse plus se permettre d’attendre concernant Beaulieu.

Alors, tandis que les spéculations autour de la date limite des transactions ne se font plus, désormais, sans y inclure le Canadien, serait-ce possible de voir l’arrière ontarien quitter la Sainte-Flanelle? Sur le marché, nul doute que les solides habiletés techniques de Nathan Beaulieu, ajoutées à ses quelques coups d’éclat cette saison, ont su impressionner plusieurs DG à travers la Ligue Nationale. Qu’on se le dise, ce défenseur est un pari, un projet à mener à bien au sein d’une équipe qui pourrait lui correspondre.

Nous avons tous vu, l’an passé, à quel point Justin Schultz s’est transformé à son arrivée chez les Penguins. Aussi, un changement d’air pourrait éventuellement s’avérer bénéfique, pour les deux parties, dans le cas de notre arrière. Si, au contraire, Marc Bergevin se refusait à le laisser partir, ce sera à Michel Therrien de se montrer créatif au moment où Andrei Markov reviendra. Pour peu qu’il choisisse d’évincer Beaulieu du top-4, peut-être pourrait-il en tirer bénéfice en utilisant son joueur sur une troisième paire basé sur la vitesse de projection? Après tout, ce ne sont pas toutes les formations de LNH qui peuvent se targuer d’avoir en leur possession un joueur de troisième paire peu onéreux (1 M$ l’année) capable de contrôler de belle façon les entrées en zone adverse. C’est une richesse à exploiter, d’autant que Montréal compte sur le talentueux Carey Price dans les buts, de quoi se permettre quelques audaces sur le plan défensif. Notons que d’ici l’été prochain, Beaulieu deviendra agent libre avec restriction, et c’est peut-être aussi la raison qui devrait pousser l’encadrement du CH à définir, rapidement, un rôle précis pour son joueur dans l’alignement.

[STATS]5002[/STATS]

[STATS_EQUIPE]MTL[/STATS_EQUIPE]

Podcasts
& vidéos

11 juin 24

#137. Top 32: Liste finale de Mathieu pour le repêchage 2024

Mathieu vous présente ses analyses et ses profils de joueur pour le repêchage 2024 concernant les 32 meilleurs espoirs, à ses yeux.

11 juin 24

#136. TOP32: Liste finale de Pascal pour le repêchage 2024

Dans cet épisode, Pascal vous présente ses 32 meilleurs espoirs pour le repêchage 2024 !

27 mai 24

#135. Mock Draft 2024 (Rangs 11 à 20) et prédiction pour la Coupe Memoriale !

Dans cet épisode, on poursuit notre Mock Draft NHL avec les rangs 11 à 20 et on met la table pour le tournoi de la Coupe Memoriale !

Nouvelles

Championnats mondiaux 13 juin 2024

Jon Cooper à la barre d’Équipe Canada 

Jon Cooper à la barre d’Équipe Canada 
Hockey 10 juin 2024

LPHF | Sarah Fillier repêchée première au total 

LPHF | Sarah Fillier repêchée première au total 
Championnats mondiaux 26 mai 2024

Kaiden Guhle, blessé, absent pour le dernier match du Championnat du monde

Kaiden Guhle, blessé, absent pour le dernier match du Championnat du monde
Hockey 17 mai 2024

Kurtis MacDermid prolonge son contrat avec les Devils

signature-sign
Hockey 14 mai 2024

LPHF | Montréal éliminée en trois matchs

LPHF | Montréal éliminée en trois matchs
Actualité NHL 13 mai 2024

À voir | Le but très controversé de Sam Bennett

À voir | Le but très controversé de Sam Bennett
Actualité NHL 10 mai 2024

Rumeurs NHL | Déjà une formation intéressée par Sheldon Keefe

Hockey 10 mai 2024

Une nouvelle ligue majeure de hockey en Amérique du Nord ?

Commentaires

  1. Djbigkane

    Le problème avec Beaulieu n'est pas un manque de talent, ni de cÅ“ur. Mais un manque flagrant de constance dans son jeu. Il connait de bon moment et cela semble lui monté a la tête et c'est la qu'il fait plusieurs erreurs. Beaulieu est un défenseur top 4, oui, mais avec le #4 comme défenseur, je doute qu'il devient un #1 ou un #2. Beaulieu se pense meilleur qu'il est, et le Canadien le pense moins bon qu'il est. Je suis capable d'accepter des erreurs, mais le joueur doit s'en rendre compte et les corrigées ses erreurs aussi. Et c'est selon moi ce qui va chassé Beaulieu de Montréal.

Laisser un commentaire