Retour à l'accueil

Jakub Dobes: apprendre la charge de travail, mais à quel prix ?

La saison 2022-2023 bat son plein et c’est maintenant le temps de se pencher vers les performances dans espoirs des Canadiens de Montréal. Depuis le début de la campagne, je vous offre des rapports hebdomadaires sur tous les espoirs du CH. Chaque semaine, je vous ressors les faits saillants ainsi que les statistiques. Dans le présent texte, il s’agira d’un rapport d’observation complet suite à plusieurs matchs visionnés de l’espoir en question. Aujourd’hui: Jakub Dobes

À lire: Rapport hebdomadaire des espoirs du CH

Au menu aujourd’hui, un rapport d’observation complet sur les performances de Jakub Dobes. Le gardien par excellence de la Big Ten l’an dernier en est à sa 2e saison dans la NCAA. Honnêtement, j’espère que ce sera la dernière. Je vous expliquerai pourquoi dans les prochaines lignes.

Charge de travail monstre

À Ohio State, le filet appartient à Jakub Dobes. Littéralement. Jusqu’ici cette saison, Ryan Snowden et Reilly Herbst n’ont gardé les buts que pour quelques minutes. Pas des matchs, des minutes !

Au moment d’écrire ces lignes, Dobes présente un dossier de 10-7-1 avec une moyenne de 2,33 et une efficacité de 0,915. C’est un peu en deçà de son rendement de l’an dernier.

À lire -> Repêchage 2023 | Top 32 préliminaire

Dans mes récents rapports concernant les gardiens de but du CH, je faisais mention de la charge de travail. Avoir un bon volume de matchs aide assurément à la préparation pour être un gardien numéro 1. Cette charge de travail, Dobes l’assume depuis l’an dernier. Il est en mesure de demeurer constant et fiable malgré un nombre de matchs élevés. En effet, il garde les buts régulièrement dans des contextes de deux matchs en autant de soirs.

Son rendement n’est pas pour autant affecté. Mais on verra plus loin que certains points techniques ternissent quelque peu son jeu cette saison.

Gestion des écrans

Cette saison, je trouve que le positionnement initial de Jakub Dobes est un peu différent de l’an dernier. Au cours de la dernière saison, j’observais un Dobes plus gros devant son filet et plus calculé dans ses mouvements.

Jusqu’ici dans les 8 matchs observés cette saison, je trouve qu’il a renoué avec quelques mauvaises habitudes observées dans la USHL. Son positionnement plus recroquevillé sur lui-même fait en sorte qu’il va souvent se fier à ses gants ou ses jambières pour effectuer les arrêts. J’aimerais mieux le voir travailler avec son tronc en se tenant plus large devant son filet.

L’an dernier, Dobes se positionnement de façon plus large plutôt que de se replier de la sorte.

Dobes a connu un petit creux de vague cette saison et une chose ressortait à tous les matchs plus difficiles du gardien. La gestion des écrans n’était pas efficace. En anglais, on peut utiliser aussi l’expression «puck tracking». Lorsque Dobes essaie de voir où se trouve la rondelle, il a tendance à se tenir très haut ou très bas. L’an dernier, c’était quelque chose qu’il maîtrisait bien et ça lui permettait d’être plus calme et calculé dans ses déplacements.

Un «puck tracking» trop haut qui se traduit en but

En étant haut et en tenant ses gants à la hauteur des épaules, je trouve le temps de réaction trop lent sur les tirs avec écran. Dans mes visionnements, une grande majorité des buts de l’adversaire furent inscris avec du traffic devant Dobes.

Et c’est normal ! Les équipes savent que Dobes ne peut que très rarement être battu en tir direct sans écran. On s’assure donc de mettre du trafic devant le gros gardien. C’est une chose encore plus fréquente dans la NHL, donc on devra corriger le tout rapidement dans le cas de Dobes.

Un «puck tracking» sur les genoux qui l’empêchent de bien exploser après la passe

Ne pas revenir en NCAA

J’en reviens au point soulevé initialement. À mes yeux, Jakub Dobes ne devrait pas revenir dans la NCAA l’an prochain. Je pense qu’il est prêt à sauter dans le hockey professionnel. Si Joe Vrbetic l’a fait avant d’avoir 20 ans, je ne vois pas comment Dobes ne pourrait le faire.

Présentement, la charge de travail est là pour Dobes. Par contre, je sens que ses performances commencent à diminuer à force de jouer souvent dans ce même calibre.

Dobes a fait ses preuves dans la NCAA. Il sait prodiguer des victoires à son équipe même si l’opposant est plus puissant. Présentement, Ohio State est 20e au Pairwise dans la NCAA. Dobes a arraché des victoires aux Gophers (1er), à Penn State (6e) et à UConn (8e). Les matchs jugés plus facile contre des universités plus faibles au Pairwise, il s’impose considérablement.

Maintenant qu’il maîtrise la charge de travail en NCAA, il serait temps pour lui d’apprendre celle d’auxiliaire chez les pros. De surcroît, il aurait plus de temps et serait mieux encadré pour corriger ses petites lacunes. Travailler avec des gardiens d’expérience lui serait grandement utile aussi. Je sens que cette saison, il s’installe dans cette zone de confort qui n’est pas toujours bonne pour un gardien.

D’ailleurs, son entraîneur n’a pas caché qu’il s’attend à ce que son gardien quitte l’an prochain. Dans un entretien avec Guillaume Lefrançois, Dustin Carlson, entraîneur des gardiens chez les Buckeyes, mentionnait que «c’était de la pensée magique de croire qu’il ferait ses 4 ans à Ohio State.»

L’an dernier, Dobes demeurait beaucoup plus calme et calculé dans son «puck tracking». Ce n’est pas pour rien qu’il avait un peu plus de succès.

Potentiel

Le potentiel n’est pas disparu, bien au contraire. L’an dernier, je trouvais que Dobes avait trouvé ce bon mélange de calme et d’agressivité dans son filet. Pas pour rien qu’il a connu une grande saison.

Cette année, je retrouve le Jakub Dobes parfois trop explosif qui utilise trop de gestuels dans son suivi de rondelle. Son entraîneur soulignait récemment qu’ils travaillaient à «laisser le jeu venir à lui et se laisser frapper par la rondelle». C’est exactement ce que je veux voir de Dobes. Je veux qu’il utilise son gabarit à son avantage en faisant confiance en son tronc et non à ses gants. Il a une bonne mitaine et il gère bien ses rebonds avec ses jambières. Par contre, il maximiserait son efficacité en gardant constamment son logo devant la rondelle. Une chose qu’il faisait d’ailleurs très bien l’an dernier, mais qui m’a semblé un peu plus difficile à mes visionnements.

Je pense encore qu’il a le potentiel de devenir un gardien de la NHL un jour. Il doit seulement passer à la prochaine étape en ce qui me concerne.

Autres rapports d’espoirs du CH:

Luke Tuch | Une identité à confirmer pour l’espoir des Canadiens

Lane Hutson | Plus qu’un défenseur offensif

Adam Engstrom: une décision fructueuse pour son développement

Oliver Kapanen | Début de saison acceptable pour l’espoir du CH

Podcasts
& vidéos

11 juin 24

#137. Top 32: Liste finale de Mathieu pour le repêchage 2024

Mathieu vous présente ses analyses et ses profils de joueur pour le repêchage 2024 concernant les 32 meilleurs espoirs, à ses yeux.

11 juin 24

#136. TOP32: Liste finale de Pascal pour le repêchage 2024

Dans cet épisode, Pascal vous présente ses 32 meilleurs espoirs pour le repêchage 2024 !

27 mai 24

#135. Mock Draft 2024 (Rangs 11 à 20) et prédiction pour la Coupe Memoriale !

Dans cet épisode, on poursuit notre Mock Draft NHL avec les rangs 11 à 20 et on met la table pour le tournoi de la Coupe Memoriale !

Nouvelles

Signature 16 juin 2024

Au tour du 2e meilleur pointeur des séries de la SHL de signer un contrat dans la LNH!

Rodrigo Abols
Canadiens Montréal 16 juin 2024

Où évoluera Oliver Kapanen l’an prochain?

Oliver Kapanen - InStat Hockey
Signature 16 juin 2024

Oliver Kapanen signe son contrat d’entrée avec le CH

Oliver Kapanen signe son contrat d’entrée avec le CH
Actualité NHL 15 juin 2024

Connor McDavid dépasse Wayne Gretzky

Connor McDavid dépasse Wayne Gretzky
Signature 14 juin 2024

Oscar Fisker-Molgaard s’entend avec le Kraken

Oscar Fisker-Molgaard s’entend avec le Kraken
Canadiens Montréal 14 juin 2024

La fin pour Jesse Ylonen avec les Canadiens?

La fin pour Jesse Ylonen avec les Canadiens?
Actualité NHL 14 juin 2024

Les Oilers d’Edmonton au bord du gouffre… mais pourquoi?

Les Oilers d’Edmonton au bord du gouffre… mais pourquoi?
Signature 14 juin 2024

Le meilleur pointeur en séries de la SHL s’entend avec l’Avalanche

Jere Innala

Commentaires