Fermer

Publié par mat.para  -  17.Décembre.2020 - 10:23
Abonnez-vous:

3529  
 

Trois Québécois s'illustrent brillamment en Suisse

EURO.jpg
Photo par InStat Hockey
La planète hockey est grande, très grande. Souvent, les amateurs ne surveillent que la NHL et c'est bien normal ainsi. Or, sur Toutsurlehockey, en bon ''geek'' de hockey que nous sommes, nous tentons de surveiller ce qui se passe un peu partout dans le monde. Surtout présentement, alors que la NHL n'a pas encore relancé ses activités et que c'est le calme plat côté hockey en Amérique du Nord. Je suis donc tombé sur un classement des marqueurs de la Swiss League via le site web EliteProspect et c'est avec bonheur que j'y ai trouvé trois Québécois issus de la LHJMQ. Grâce à Instat Hockey, je suis allé jeter un petit coup d'oeil à nos ''petits gars de chez nous''.

La Swiss League, anciennement nommée la LNB, se trouve au deuxième rang des meilleures ligues professionnelles en Suisse derrière, évidemment, la Nationale League (LNA). Dans la Swiss League, le calendrier régulier est assez avancé avec une vingtaine de matchs disputés jusqu'ici. Au 2e rang des marqueurs de la ligue, on retrouve un certain Guillaume Asselin, ancien produit du Blizzard SFF, du Junior de Montréal et des Saguenéens de Chicoutimi. Au sein du HC Sierre, le Québécois de 28 ans cumule présentement 32 points en 18 matchs. Pas étonnant qu'il porte le casque jaune, dédié au meilleur marqueur de l'équipe ! Asselin, qui était du camp des recrues en 2016 avec le Canadien, est passé par le réseau universitaire après son parcours en LHJMQ. Au sein des Patriotes de l'Université de Trois-Rivières, il s'était hissé comme l'un des meilleurs marqueurs du circuit, mais son expérience professionnelle en Amérique du Nord ne s'est limitée qu'à quelques matchs en ECHL. Après deux ans en Slovaquie, Asselin endosse le maillot du HC Sierre depuis deux saisons.

Maintenant, tournons-nous vers le HC Ajoie, qui accueille, toujours en Swiss League, deux autres québécois issus du circuit Courteau. On parle ici de Jonathan Hazen et de Philip-Michael Pinard-Devos. L'infaillible duo terrorise les patinoires suisses ensemble depuis plusieurs années. En effet, Hazen arbore les couleurs du HC Ajoie depuis 2015, tout comme Pineard-Devos. Les deux joueurs ont connu un parcours très similaire après leur passage en LHJMQ. Après quatre ans à Val-d'Or, Hazen a roulé sa bosse entre la ECHL et la AHL pendant trois saisons avant de mettre le cap sur l'Italie. Même son de cloche pour Pinard-Devos, qui se dirige lui aussi vers l'Italie en 2014-2015.

Pourtant, même en Italie, les deux joueurs n'ont jamais eu la chance de partager le même vestiaire. Ce n'est qu'en 2015 qu'ils se réunissent au sein du HC AJoie pour y devenir, tout simplement, le duo le plus féroce de la ligue. Cette saison, Hazen cumule 29 points en 15 matchs et Pinard-Devos en cumule autant. L'ancien produit des Tigres de Victoriaville a d'ailleurs connu une saison de 98 points l'an dernier en seulement 44 matchs.

Ainsi, Asselin étant 2e marqueur de la ligue, on retrouve Hazen (5e) et Pinard-Devos (6e) non loin derrière. Plusieurs, à la lecture de ce texte, tomberont dans le jugement de dire qu'il s'agit d'une ligue très faible. Pour avoir regardé quelques séquences via notre plateforme InStat Hockey, il va de soi que ce n'est pas le calibre de la NHL, de la AHL, de la ECHL ou de la KHL. Cela dit, nos Québécois y sont bien installés là-bas et les gars poursuivent leur rêve de vivre du hockey professionnel et c'est l'important. Si la France offre des salaires d'environ 40 000$ à 65 000$ net annuellement en plus de couvrir les dépenses (logement, voiture...), je suis assez convaincu que les salaires en Suisse, même en Swiss League, doivent être convenables pour y gagner sa vie. On m'a déjà soufflé que le salaire d'un joueur de deuxième division tournait autour de 90 000 à 100 000 francs suisses, ce qui équivaut à environ 130 000$ canadien. Il faudrait peut-être inviter l'un de ces gars un jour sur notre podcast pour le savoir...

Guillaume Asselin


Jonathan Hazen


Philip-Michael Pinard-Devos

Abonnez-vous:
Écoutez notre plus récent épisode du TSLH Podcast (Épisode 29: Préfère-t-on un ''playmaker'' ou un ''sniper'')
Pour vous abonner au TSLH Podcast:
Listen on Apple Podcasts


0
  

Commentaires

Tu souhaites participer à cette discussion?!? Rejoins dès maintenant la communauté de TSLH!


Rejoindre la communauté  -  Les avantages de devenir membre

OU

Si vous possédez déjà un compte sur TSLH, assurez-vous que l'email du compte est le même que de celui de votre compte Facebook.


S'adresser à un ou des utilisateur(s)

Commentaire
 
Tu souhaites écrire sur le monde du hockey?!? Rejoins dès maintenant notre équipe de collaborateurs!
Ça m'intéresse!
Nombre de réponse : 1
#135924

Gotchon
attention avec les chiffres des salaires avancé, c'est une minorité de joueurs qui touchent autant en swiss league. c'est réservé aux meilleurs dans les clubs ayant plus de moyen.

A Sierre, ils ont joué la carte de la transparence (très rare en suisse), les salaires vont de 100 CHF à 6'200 par mois (de moins de 2'000 chf à 75'000 chf par an).


les jeunes joueurs touchent donc juste un salaire symbolique (moins que s'ils faisaient un apprentissage, les joueurs établis gagnent entre 2'200 et 4'000 CHF par mois = le salaire d'un ouvrier peu qualifié, les top joueurs qui représente 4 à 5 joueurs 6'200 = le salaire d'un ingénieur). A cela, il faut aussi rajouter que c'est des salaires brut, sans compter les charges sociales et les impôts ce qui fera grandement baisser le montant final reçu par le joueur (à 4'000 CHF il recevra env. 3'000 et à 6'000 env. 4'500)

Après, je vous rassure, on vit très bien avec cela, certes ce n'est pas la vie que mène les joueurs de la LNH, mais ils peuvent s'autoriser quelques excès quand même.

18.Décembre.2020 - 00:54   
   0  

Réseaux sociaux