Fermer

Publié par mat.para  -  10.Mai.2020 - 14:43
6240  
 

Chronique vintage | Après une décision exécrable, les Leafs passent à côté de Lindros et de Niedermayer

HCK.jpg
Photo par Bruce C. Cooper ©
Trop forcer pour faire les séries n'est peut-être pas toujours la bonne façon de faire. Lors de la saison 1989-1990, les Maple Leafs l'ont clairement prouvé dans ce qui deviendra l'une des pires décisions de l'histoire de la franchise. Et Dieu sait que la franchise existe depuis longtemps ! Depuis des années, les Leafs sont incapables de se rendre plus loin que la première ronde des séries alors que leur dernière Coupe Stanley remonte à la saison 1966-1967. Dans le texte qui suit, on aborde une série d'événements qui aura privé l'organisation de deux vedettes. Est-ce qu'ils auraient remporté la Coupe pour autant ? Pas nécessairement, mais on parle tout de même d'un dénouement assez triste dans l'histoire de l'équipe.

Saison 1989-1990. Les Leafs se battent continuellement pour entrer en séries de peine et de misère. À cette époque, Gary Leeman, Vincent Damphousse et Eddie Olczyk représentaient le noyau offensif de la formation alors qu'on voyait un certain Tie Domi entamer sa carrière en LNH en jouant 2 matchs (42 minutes de punition). Avec Rob Ramage, John Kordic et Brian Kurran dans l'alignement, disons que le volet ''homme fort'' était suffisamment comblé pour garder Domi dans la AHL. Dans le filet, comme depuis des années, on se cherche un partant efficace alors que la meilleure moyenne de buts alloués revient à Mark LaForest avec 3,89 en 27 matchs. Le ''gardien de confiance'' (!) était Allan Bester avec sa moyenne de 4,49. Les ennuis dans le filet ne datent visiblement pas d'hier.

La saison 1989-1990 n'était pas commencée qu'on avait de grandes attentes. On venait de se sortir d'une saison plus difficile qui avait placé Toronto au dernier rang de leur division. Par contre, le noyau mentionné ci-haut tombait dans la fleur de l'âge et les performances étaient au rendez-vous. On a donc décidé d'améliorer le club dès le début de la campagne 89-90 en donnant notre premier choix pour le repêchage 1991 au Devils du New Jersey contre les services de Tom Kurvers. Si cette année de repêchage ne vous dit rien, rappelons qu'un certain Eric Lindros devenait éligible pour être choisi comme premier choix. Rapidement, on mettait une croix sur la possibilité de repêcher ce phénomène de l'époque.

Rappelons le scénario une dernière fois. Toronto termine dernier en 1988-1989. Dès le début de la saison suivante, on va chercher un bon défenseur, pas éclatant, mais honnête dans son jeu, pour le choix de première ronde du ''repêchage Lindros''. Allo !?!? Toronto conclut la saison 89-90 tout juste sur la barre des 0,500 et on perd au premier tour des séries. La saison 1990-1991 s'entame ensuite sans un premier choix pour le repêchage qui suivait et on est finalement exclus des séries 1991. On a réellement trop poussé pour une présence en séries en 89-90 et là, on se retrouve avec un club qui ne fait non seulement pas les séries, mais qui ne choisira personne au repêchage 1991. C'est atroce !

''Une transaction spectaculairement mauvaise''

Dans le podcast portant sur l'histoire des Nordiques, Pierre Blais utilise ces mêmes mots pour décrire la transaction de Tom Kurvers avec ses panélistes Claude Bédard et Maurice Dumas. Dans une capsule que vous trouverez ci-bas, les érudits de l'histoire de la franchise québécoise consacrent 45 minutes à la saga Lindros, qui a fait énormément couler d'encre à travers les années. Vers la 10e minute, les discussions se tournent vers Toronto. Lors de la saison 1990-1991, plusieurs ont accusé les Nordiques d'avoir sciemment dirigé le club vers les bas-fonds de la ligue afin de mettre la main sur le premier choix qui était Lindros.

L'organisation québécoise s'était même départie de bons joueurs de soutien en cours de saison pour les remplacer par des éléments qui n'avaient pas ou peu d'expérience dans la LNH. Ainsi, le 17 novembre 1990, Québec échangeait Lucien Deblois, Michel Petit et Aaron Broten à qui ? Aux MAPLE LEAFS DE TORONTO ! Contre deux choix de 2e et Scott Pearson. Visait-on encore les séries àToronto, alors que l'équipe croupissait au dernier rang de la division? On voulait visiblement encore ajouter de la profondeur à la formation sans même s'organiser pour terminer le plus bas possible. Ah non, j'oubliais, les Leafs n'avaient plus de choix de premier tour pour 1991 ! L'organisation torontoise ne s'organise pas non plus pour mettre la main sur un premier choix via transaction, même s'il allait être plus tardif que leur choix initial, mais dépense même DEUX choix de deuxième tour dans le cadre d' une saison perdue.

Comble de malheur, les Leafs terminent sans surprise au dernier rang de leur division alors que les Nordiques terminent derniers dans la LNH et mettent la main sur le premier choix. Pour la suite, on connaît un peu l'histoire des Lindros et Québec. Pour en savoir davantage, consultez cet épisode du podcast sur l'histoire des Nordiques de Québec.
Listen to "E25 - L'affaire Lindros" on Spreaker.

Donc, si on récapitule rapidement:
- Saison 1989-1990: on pousse pour les séries et on échange notre choix de premier tour contre Tom Kurvers.
- Les Leafs sont exclus au premier tour des séries 1990.
- Les Leafs ajoutent de la profondeur en échangeant avec les Nordiques lors de la saison 1990-1991.
- Les Leafs terminent derniers de leur division en 1990-1991.
- Les Leafs n'ont pas de choix de premier tour lors de l'encan Lindros.

On passe à côté de deux ''Hall of famer''

L'encan 1991 sera un réel coup de poignard pour les Leafs. Lors de la saison 1990-1991, on aurait eu la chance de ''compétitionner pour le premier choix et ainsi ramasser Lindros'' si seulement l'état-major avait conservé son choix de 1er tour lors de la saison précédente. Or, avec ce même choix, on aurait pu finalement repêcher au 3e rang, car le choix de premier tour donné pour Tom Kurvers s'était transformé en un troisième choix en raison des déboires des Leafs lors de la saison 1990-1991. Et c'est avec ce choix, qui était dorénavant la propriété des Devils, qu'un certain Scott Niedermayer fut sélectionné par New Jersey. Pour en ajouter à cela, les Leafs n'avaient même pas de choix de deuxième tour à l'encan 1991, puisque l'organisation l'avait donné aux Nordiques dans l'échange mentionné ci-haut (Petit, DeBlois et Broten).

Pour reprendre l'expression de Pierre Blais, la transaction de Tom Kurvers devient ''spectaculairement mauvaise'' ! Non seulement on s'était privé d'une possibilité de repêcher Lindros, mais le ''prix de consolation'' était Scott Niedermayer et on a même pas pu en profiter chez les Leafs. Les deux saisons suivant cette transaction, les Leafs finissent derniers de leur division. En 1991, personne n'est repêché au premier tour et le repêchage suivant, on sélectionne Brandon Convery, qui ne jouera que 72 matchs dans la LNH. Pendant ce temps, Niedermayer et Lindros connaissent des carrières flamboyantes chacun de leur côté.

Donc, on récapitule une dernière fois:
- Saison 1989-1990: on pousse pour les séries et on échange notre choix de premier tour contre Tom Kurvers.
- Les Leafs sont exclus au premier tour des séries 1990.
- Saison 1989-1990: on ajoute de la profondeur en échangeant avec les Nordiques lors de la saison 1990-1991.
- Les Leafs se départissent de leur choix de 2e tour à l'encan 1991 dans cette transaction.
- Les séries 1991 sont encore visées pour cette saison visiblement.
- Les Leafs terminent derniers de leur division en 1990-1991.
- Les Leafs n'ont pas de choix de premier tour lors de l'encan Lindros.
- Le choix de premier tour de 1991 (3e) donné aux Devils en 1989 se transforme en Scott Niedermayer

C'est tout de même toute l'histoire du hockey qui aurait été touchée. Mais on s'est privé de tout cela pour ajouter... Tom Kurvers ! Dans l'optique où on visait les séries qui plus est. Comment finir dernier pour absolument rien...
Écoutez notre dernier épisode du TSLH Podcast


0
  

Commentaires

Tu souhaites participer à cette discussion?!? Rejoins dès maintenant la communauté de TSLH!


Rejoindre la communauté  -  Les avantages de devenir membre

OU

Si vous possédez déjà un compte sur TSLH, assurez-vous que l'email du compte est le même que de celui de votre compte Facebook.


S'adresser à un ou des utilisateur(s)

Commentaire
 
Tu souhaites écrire sur le monde du hockey?!? Rejoins dès maintenant notre équipe de collaborateurs!
Ça m'intéresse!

Réseaux sociaux