Fermer

Publié par pascal.lapointe  -  4.Mai.2020 - 07:51
6303  
 

Analyse des banques d'espoirs | Canadiens de Montréal : un recrutement qui se démarque, mais qu’en est-il du développement ?

Alors, nous y sommes. Mon texte analysant la banque d’espoirs du Canadien de Montréal. Rappelez-vous que le critère principal pour qu’un jeune soit inclus dans mes textes est d’être né entre 1998 et 2001. On a tous notre opinion sur ce que le Canadien est en train de construire via son repêchage. Bien que je sois d’accord qu’entre 2008 et 2016, les séances furent un échec quasiment total (avec le recul c’est facile de critiquer), depuis 2017, un changement s’est produit. On a eu le reset ce qui en a résulté une cure de rajeunissement (avant les retours de Jesperi Kotkaniemi, Cale Fleury et Ryan Poehling dans les mineurs, le CH était l’une des formations les plus jeunes dans le circuit). Il est encore trop tôt pour l’affirmer, mais l’organisation semble sur le bon chemin avec une accumulation de choix impressionnante au repêchage. Ceci ne garantit pas le succès, mais ça donne du carburant. Vous me direz qu’on a beau être full de gaz, si le conducteur n’est pas bon, ça ne donne pas grand-chose. Vous avez raison, mais faut admettre que la relève est encourageante sur papier. On va espérer que ces jeunes se développent tel qu’espéré, mais Scott Wheeler de the Athletic est optimiste et les classe au 2e rang dans la ligue derrière Los Angeles. Il ne faut pas oublier qu’on ne parle ici que de potentiel. Ce n’est pas une science facile le repêchage. Tout le monde fait de bons et de mauvais coups. Alors, on garde ça en tête et on se lance ensemble. GO !

PrénomNomPositionDDNExpérience LNHRonde
 RyanPoehlingC1998Oui1
 NickSuzukiC1999Oui1
 JesperiKotkaniemiC2000Oui1
 JoniIkonenC19992
 JacobOlofssonC19992
 CamHillisC20003
 AllanMcShaneC19994
 JackGorniakC/LW19994
 ColeFonstadC/LW20005
 SamuelHoudeC20005
 MichaelPezzettaC/LW19986
 BrettStapleyC19987
 RhettPitlickLW20005
 ArsenKhisamutdinovLW19986
 RafaëlHarvey-PinardLW19987
 JoëlTeasdaleLW1999NA
 ColeCaufieldRW20001
 JesseYlönenRW19992
 JoshBrookRD19992
 AlexanderRomanovLD19992
 JaydenStrubleLD20012
 CaleFleuryRD1998Oui3
 MattiasNorlinderLD20003
 JordanHarrisLD20003
 GianniFairbrotherLD20003
 JacobLeGuerrierLD20005
 ArvidHenriksonRD19987
 KieranRuscheinskiLD20017
 VictorMeteLD1998Oui4
 FrederikDichowG20005
 CaydenPrimeauG1999Oui7


Attaquant

Bien qu’on ne voit pas nécessairement de centre élite chez le Canadien, on peut dire que cette position est beaucoup mieux nantie maintenant qu’avant 2018. Nick Suzuki est le meilleur joueur au centre dans ceux que l’on voit dans le tableau. Ça fait vraiment du bien de voir un espoir jouer de la façon qu’il la fait toute la saison. J’ai déjà couvert un peu son profil dans un texte auparavant, alors je ne répèterai pas inutilement, mais je suis très emballé par son développement jusqu’à présent.



Jesperi Kotkaniemi
et Ryan Poehling ont connu beaucoup de difficultés cette année. Heureusement, Joël Bouchard a pu s’occuper d’eux pour une partie de l’année. Je vous invite à aller voir l’entrevue qu’il a donnée pour parler de leur développement (lien ci-dessous). C’est franchement intéressant. Ce qu’on peut retenir est que le Finlandais n’aimait probablement pas son traitement par Claude Julien et que ça la eu des impacts. C’est un joueur créatif, alors on peut penser qu’un rôle de centre de troisième trio défensif n’est peut-être pas la chaise la plus intéressante pour lui. Le même constat est possible pour Ryan Poehling qui s’était mis énormément de pression avec son match de 3 buts (et un de plus en tir de barrage). Les attentes étaient trop élevées et je crois que ça ne lui a causé que du tort. Ça demeure un excellent joueur de hockey et aucune porte n’est fermée pour le moment. Avec Nick Suzuki, Phillip Danault et Jesperi Kotkaniemi qui sont là, rien ne presse. Son talent sera apprécié tout comme son gabarit, mais du chemin reste à faire avant qu’il soit un régulier. J’espère seulement que l’état-major va arrêter de le rappeler trop tôt. Laissez-le jouer en bas.



Ai-je besoin de vous présenter Cole Caufield ? Le diminutif attaquant est une machine à marquer des buts et à créer de l’offensive. C’est l'un des meilleurs francs-tireurs que l’on retrouve dans les banques d’espoirs en ce moment. C’est un ailier très actif qui n’arrête pas de bouger ses pieds. Même si sa vitesse pourrait être améliorée, ce n’est pas une faiblesse réellement. On adore son agilité dans le trafic et le fait qu’il n’a pas peur d’y aller. Sa capacité à se faire oublier de ses couvreurs et de trouver l’espace libre pour se mettre en option à ses coéquipiers est ce qui le démarque plus. Oui, il doit prendre de la force et du poids pour transposer son jeu à la LNH, mais j’ai bonne espérance qu’il y parvienne d’ici deux ans. Son entraîneur semble décidé à travailler avec lui pour qu’il y arrive, donc on croise les doigts.



Jesse Ylonen est un ailier droit qui base son jeu sur sa mobilité. Sans la rondelle, c’est un joueur complet qui prend de bonnes décisions et qui est capable de défendre son territoire. Il n’est pas physique, mais il sait comment utiliser ses atouts (maniement du bâton, vitesse et intelligence) pour récupérer les rondelles et empêcher les adversaires de faire leurs jeux. En offensive, on aimerait le voir un peu plus imaginatif, mais, cette année, il jouait pour une équipe très faible. On peut penser qu’en Amérique du Nord, la production pourrait mieux représenter son talent. Ylonen passera fort probablement l’an prochain au complet dans l’AHL et on en saura beaucoup plus sur son futur en Amérique du Nord. Si « KK » se retrouve également dans les mineures, un duo avec Ylonen ne serait pas déplaisant.



Après cela, on a deux suspects. Premièrement, Joni Ikonen. Ce jeune a un potentiel appréciable, mais il n’a pas réussi à se rendre justice jusqu’à maintenant. Malheureusement, au cours des deux dernières saisons, des blessures importantes l’ont tenu à l’écart du jeu la plupart du temps. Ce Finlandais possède tous les atouts offensifs pour avoir un impact chez les professionnels (tir, vision, cœur et main). Toutefois, sa mobilité fait défaut. Pour le bref instant qu’on l’a vu lors de la saison 2018-2019, son explosion semblait améliorée. Ensuite, il y a Jacob Olofsson qui est un centre au gabarit avantageux axé sur la défensive. La dernière saison a été une montagne russe d’émotions pour lui. Son début de saison a été très lent jusqu’à ce qu’il retrouve sa touche offensive pour ensuite se blesser mettant fin à sa saison en SHL. C’est vraiment décevant comme constat. C’est encore un espoir au potentiel intéressant. On ne croit pas que le top 6 du Canadien l’attend, mais un rôle de profondeur est loin d’être à écarter.

Pour le restant des avants, Rhett Pitlick, Cam Hillis et Rafael Harvey-Pinard sont les plus notables. Trois joueurs au jeu mature et énergique. Ces trois attaquants ne lâchent jamais sur la glace et s’impliquent dans tous les aspects du jeu. Je doute qu’ils ne deviennent des vedettes offensives dans la LNH, mais un rôle de profondeur n’est pas impossible.

Défenseur

On va commencer par Alexander Romanov. On le sait tous, il s’en vient. On va le voir cette année si la saison se poursuit et l’an prochain si elle est annulée. C’est un défenseur robuste avec une mobilité élite. C’est surtout un joueur défensif, mais son potentiel offensif n’est pas encore clair. Contre des joueurs de son âge, il a été productif dans les championnats internationaux, mais dans la KHL, on ne peut pas dire que le Russe accumulait les points. C’est certainement dû à son utilisation, mais on a bien hâte de voir s’il va être capable de se démarquer dans la LNH à ce niveau.


Jordan Harris et Jayden Struble ont joué pour la majorité de la dernière saison sur la même paire et ils se sont complétés à merveille. Harris est un arrière fiable qui affiche une agilité et une technique de patin impressionnantes. Sa force est de faire bouger la rondelle. Que ce soit en la contrôlant durant la relance ou sur le jeu de puissance, sa vision est hors pair et lui permet de diriger ce qui se passe sur la glace. Jayden Struble est un diamant brut. Il est mobile et robuste en plus d’être mature physiquement. Offensivement, c’est un joueur imprévisible qui peut vous surprendre avec un tir foudroyant ou des feintes pour se rendre jusqu’au filet. Struble se démarque bien en relance, mais l’une des choses qu’il devra améliorer dans les prochaines années est sa prise de décision en défensive. Il manque un peu de timing, un peu comme Subban en manquait à ses débuts. Avec la maturité, ce type de problème va s’amoindrir et on s’attend aussi à le voir atteindre la LNH.



Mattias Norlinder et Josh Brook partagent leur style basé sur la rapidité (c’est clairement une tendance chez le CH) et l’offensive. Les deux ont joué contre des hommes cette année, mais c’est surtout le Suédois qui s’en est bien sortie. En plus d’avoir tous les talents dans le territoire adverse, Norlinder sait comment défendre son territoire sauf s’il faut qu’il utilise son physique. Le plus gros défi qu’il aura à surmonter pour jouer dans la LNH sera de s’accoutumer au jeu physique et rapide. La première étape est la SHL l’an prochain et il devrait jouer dans l’AHL ensuite. Pour Brook, il a frappé un mur cette année dans l’AHL. On l’a vu prendre un peu plus de confiance vers la fin de la saison lorsque ses responsabilités ont été accrues. J’espère qu’il continuera sur cette lancée l’an prochain. Son plus gros défaut est le jeu dans son territoire. Parfois, c’est acceptable, mais souvent, c’est très difficile pour lui. J’ai confiance en Joel Bouchard et son plan pour lui, alors nous verrons comment il se débrouille l’an prochain pour se faire une meilleure idée de son réel potentiel.



Gardien de but

Selon les pronostics, Cayden Primeau est le futur numéro 1 du Canadien. Je ne sais, personnellement, pas s’il sera un gardien de but de la trempe de Carey Price, mais sa première saison professionnelle a de quoi nous rassurer. Ce ne fut pas facile par moment pour le jeune, mais Primeau a gardé une attitude sans reproche tout au long de la saison. Vers la fin du calendrier, le cerbère était beaucoup plus constant (tout comme l’équipe en avant de lui). J’espère qu’il demeurera encore au moins une année à temps plein dans les mineures et on verra pour la suite.



Stratégie pour le repêchage

Trevor Timmins a mentionné dernièrement qu’il n’y aura pas réellement de stratégie au repêchage cette année (mauvais choix de mots, j’entends déjà les gens dire qu’il n’en a jamais eu). En effet, l’adjoint à Bergevin avance que leur banque d’espoirs n’a pas vraiment de trou et que le talent sera priorisé. Je suis d’accord sur le fond, mais à mes yeux, le Canadien manque d’ailiers à bon gabarit et de joueur au talent élite. J’ai comme l’impression qu’ils vont essayer de combler cela. Le premier se corrige assez facilement lorsqu’on possède 14 choix dans un repêchage, tandis que le deuxième est un problème pour toutes les formations. On espère toujours voir le Canadien viser pour le coup de circuit, mais ce n’est pas vraiment leur tasse de thé. C’est plutôt les joueurs responsables qu’ils aiment. Alors, ce que je vais préconiser est le talent > la mobilité > la position (ailier et défenseur droitier) > le gabarit > le niveau de responsabilité. Un dernier point, comme je le mentionnais ici, le CH sélectionne de plus en plus d’espoirs qui n’en sont pas à leur première année d’éligibilité au repêchage. Je crois que cette année ne fera pas exception. De plus, pour mieux jongler avec la limite des 50 contrats, je crois que le CH va piger beaucoup dans le programme américain (USHL, NCAA, etc.) et l’Europe. En effet, comparé à la CHL (2 ans), on peut prendre plus de temps pour signer nos joueurs pour ses ligues (3 et 4 ans). Avec 14 sélections, le Canadien peut se permettre de se diversifier et d’en échanger si nécessaire aussi.



ÉquipeRonde
Montréal1
Chicago2
Montréal2
Saint-Louis2
Montréal3
Washington3
Anaheim4
Montréal4
Winnipeg4
Montréal5
Floride5
Montréal6
Ottawa7
Chicago7


Choix de première ronde de Montréal (top 10)

Je vais faire une liste de 11 joueurs, car si la loterie demeure comme les années passées, c’est le plus bas que le Canadien peut descendre (dans le contexte d'une loterie comme l'an passé).

1. Alexis Lafrenière
2. Quinton Byfield
3. Tim Stutzle
4. Jamie Drysdale
5. Lucas Raymond
6. Alexander Holtz
7. Marco Rossi
8. Cole Perfetti
9. Jake Sanderson
10. Dylan Holloway
11. Jack Quinn

Je crois que Jake Sanderson sera une réelle cible pour le Canadien. Je ne serais pas content, mais pas déçu non plus. C’est un excellent espoir à la défensive qui possède tout ce qu’il faut pour évoluer dans le top 3 d’une équipe. Ce n’est pas cette année que le Tricolore pourra choisir un gros attaquant dans le top 10. En effet, on y voit surtout des petits joueurs responsables et travaillants, mais oh combien talentueux. Je mets Dylan Holloway assez haut, car il répond aux critères avancés et aussi, car c’est un coéquipier de Cole Caufield. Ils le connaissent donc très bien. Néanmoins, Cole Perfetti serait la bienvenue dans le système du Canadien. Son talent élite complèterait à merveille les joueurs en place.

Choix de deuxième ronde de Montréal et Chicago (top 39 et 40)

Pour ces deux choix, je les vois continuer sur ce que j’avance. Les espoirs classés de 20 à 50 sont assez similaires en termes de talent. Donc, on pourrait voir beaucoup de surprises, c’est-à-dire des joueurs qui glissent plus bas qu’on pensait (surtout les ailiers à petit gabarit) et d’autres qui sont pris beaucoup plus tôt (les défenseurs et joueurs robustes). C’est pas mal cela toutes les années, mais je crois que ce sera plus marqué cette année. Pour les deux choix, je les vois prendre un attaquant et un défenseur.

1. Lukas Reichel
2. Shakir Mukhamadullin
3. Brendon Brisson
4. Ryan O'Rourke
5. Justin Barron
6. Topi Niemela
7. William Villeneuve
8. Roby Jarventie
9. Kasper Simontaival
10. Veeti Miettinen
11. John-Jason Peterka
12. Jake Neighbours

Je ne crois pas que Lukas Reichel sera encore disponible en deuxième ronde. À mes yeux, il est un joueur de première ronde. Je doute que les cinq premiers de cette liste ne soient disponibles au moment où le Canadien va annoncer la première de leurs deux sélections. J’espère sincèrement que William Villeneuve sera sélectionné par le CH. C’est un excellent espoir à la défensive. Oui, il est Québécois, mais même s’il était européen, je le placerais aussi haut. Pour le restant de la liste, ce sont des joueurs pouvant sortir un peu partout en deuxième ronde, donc des possibilités pour nos glorieux.

Choix de deuxième ronde de Saint-Louis (top 62)

Même logique sera poursuivie ici.

1. Samuel Knazko
2. Ridly Greig
3. Eemil Viro
4. Ozzy Wiesblatt
5. Daniel Torgersson
6. Will Cuylle
7. Tyson Foerster
8. Luke Tuch
9. Martin Chromiak
10. Carter Savoie
11. Justin Sourdif
12. Sean Farrell

Pour ce choix, j’ai mis quelques joueurs avec du chien. Ridly Greig, Ozzy Wiesblatt, Luke Tuch, Cuylle et Justin Sourdif ne sont pas les plus talentueux, mais ce que ces jeunes apportent sur la glace déborde d’intangibles. J’adore Samuel Knazko et je crois que ce défenseur pourrait grandement intéresser l’état-major du CH. C’est un jeune mobile avec des capacités offensives développées, mais du travail demeure à faire dans sa zone. C’est l’adage pour beaucoup d’espoirs à la défensive, alors il ne fait pas s’en faire avec lui.

Rondes subséquentes

Ce serait un peu risqué de faire une liste de joueurs pour les autres rondes. Je vais donc vous mettre des joueurs ici que j’aime bien, mais que je ne crois pas qui vont sortir dans les 62 premiers. Pour les rondes tardives, on peut s’attendre à beaucoup d’échanges, à des « overagers », à un gardien et à des choix qui sortent de nulle part. Il n’y a absolument de difficile à prévoir là-dedans, c’est ça qui se passe souvent avec Timmins et Bergevin. Il n’y a pas d’ordre de préférence, ce n’est qu’une énumération.

Egor Sokolov
Xavier Simoneau
Oliver Suni
Alexander Pashin
Pavel Gogolev
Juuso Maenpaa
Yevgeny Oksentyuk
Théo Rochette
Daniil Gushchin
Anton Johannesson
Daniel Togersson
Oskar Magnusson
Nico Daws
Simon Hlavaj

Le prochain texte sera pour Nashville. Je vais augmenter le rythme de mes textes dans les prochaines semaines en raison du repêchage qui sera fort probablement devancé au début juin. Je ne suis pas enjoué par la situation choisie par la LNH, mais on va faire avec.

À lire également


Analyse des banques d’espoirs : Introduction et critères
Analyse des banques d’espoirs : Anaheim
Analyse des banques d’espoirs : Arizona
Analyse des banques d’espoirs : Boston
Analyse des banques d'espoirs : Buffalo
Analyse des banques d'espoirs : Calgary
Analyse des banques d'espoirs : Carolina
Analyse des banques d'espoirs : Chicago
Analyse des banques d'espoirs : Colorado
Analyse des banques d'espoirs : Columbus
Analyse des banques d'espoirs : Dallas
Analyse des banques d'espoirs : Détroit
Analyse des banques d'espoirs : Edmonton
Analyse des banques d'espoirs : Floride
Analyse des banques d'espoirs : Los Angeles
Analyse des banques d'espoirs : Minnesota



0
  

VOIR AUSSI

DERNIÈRES COMMENTÉES


Commentaires

Tu souhaites participer à cette discussion?!? Rejoins dès maintenant la communauté de TSLH!


Rejoindre la communauté  -  Les avantages de devenir membre

OU

Si vous possédez déjà un compte sur TSLH, assurez-vous que l'email du compte est le même que de celui de votre compte Facebook.


S'adresser à un ou des utilisateur(s)

Commentaire
 
Tu souhaites écrire sur le monde du hockey?!? Rejoins dès maintenant notre équipe de collaborateurs!
Ça m'intéresse!

Réseaux sociaux