Fermer

Publié par mat.para  -  25.Avril.2020 - 10:24
9555  
 

Chronique vintage | Jean-François Sauvé, un talent incroyable dans la mauvaise époque

HCK.jpg
Photo par HockeyDB
Avec la pandémie qui frappe présentement la planète au grand complet, notre équipe a décidé d'offrir un contenu diversifié en l'absence de hockey professionnel. Ce faisant, nous explorons régulièrement des événements marquants, des parcours hockey hors du commun et aussi le parcours des vedettes de demain avec les espoirs en vue. Dans ce billet, c'est plutôt le parcours de Jean-François Sauvé que nous aborderons. Un joueur au talent immense, mais qui n'a malheureusement pas joué dans la bonne époque.

On remonte à il y a de cela bien des années. Saison 1976-1977 pour être plus précis. Dans les rangs des Lions de Lac St-Louis, formation évoluant dans le réseau Midget AAA de l'époque, on retrouvait un jeune joueur de 17 ans nommé Jean-François Sauvé. La formation connaissait un énorme succès et disons que Sauvé n'y était pas pour rien. En effet, l'attaquant évoluant à la position de centre produisait à un rythme de fou, terminant la saison avec 123 points en seulement 44 matchs. Déjà dans l'oeil des recruteurs de la LHJMQ, Sauvé se retrouve sous la bannière des Draveurs de Trois-Rivières, dirigés à l'époque par Michel Bergeron. À ses débuts dans la LHJMQ en 1977-1978, il ne joue que six rencontres en saison régulière, pour ensuite jouer à temps plein lors des séries et pendant la Coupe Memorial. Sa production d'un point par match en séries ouvre les yeux de Bergeron, qui l'utilisera à profusion la saison suivante.

Et cela aura porté fruit. La saison 1978-1979 s'inscrit dans le livre des records de la LHJMQ puisque la production de Sauvé demeure, à ce jour, la deuxième plus importante pour un joueur au statut de recrue dans toute l'histoire de la ligue. Ce n'est pas rien considérant les grandes légendes qui sont passées dans la ligue. On parle ici d'un cumulatif de 176 points en 72 matchs pour Sauvé, élu bien évidemment recrue de l'année. Ses prouesses le placent au premier rang des marqueurs de son équipe et permettent aux Draveurs de soulever une deuxième Coupe du Président en autant d'années.

Sauvé, qui jouait sur ses 18-19 ans cette saison-là ne tombe malheureusement pas dans l'oeil d'aucun recruteur professionnel en vue du repêchage amateur. Par contre, il va de soi qu'on l'observe de près. D'ailleurs, son frère Robert Sauvé était déjà propriété des Sabres de Buffalo, lui qui fut un choix de premier tour en 1975. Le gardien de but a par la suite gardé le filet des Sabres pour plusieurs saisons. Au cours de la saison 1979-1980, J.F. Sauvé cumule 187 points en 72 matchs à son année 19-20 ans, mais son club s'incline rapidement lors de la première ronde de séries. Les Americans de Rochester, club-école des Sabres de Buffalo, lui font signe et il termine le calendrier régulier de la AHL avec deux points en trois matchs. C'était, à ce jour, ses débuts dans un parcours professionnel rempli d'embûches.

Pas dans la bonne époque?

Il faut se rappeler d'abord que le hockey de l'époque ne tenait pas beaucoup compte de la défensive. Le système de jeu était beaucoup plus axé sur l'offensive, ce qui explique pourquoi les chiffres paraissent gonflés lorsqu'on parle de performances de l'époque. Sauvé n'y échappait pas. Son talent était immense et on le voit dès son arrivée à temps plein chez les professionnels. En 1980-1981, il joue majoritairement en AHL et les Sabres lui font signe devant ses performances impressionnantes. Au cours de ses 20 matchs avec les Sabres, il cumule 14 points. À Rochester la même année, on parle d'une contribution de 83 points en 56 matchs. Pour une recrue, c'était quelque chose !

La saison suivante, il obtient une réelle chance de se prouver dans l'alignement des Sabres à temps plein. Avec Gilbert Perreault et Yvon Lambert comme têtes d'affiche du club, Sauvé ne s'en laisse pas imposer, complétant la saison avec 55 points en 69 matchs. Pas mal pour une première campagne temps plein dans la plus grande ligue du monde. Par contre, comme troisième centre, on pouvait plus s'attendre à un joueur complet plutôt qu'un attribut uniquement offensif. Malheureusement, pour une autre raison qui nous est inconnue encore à ce jour, la saison suivante se passera dans la AHL pour Sauvé. Après neuf matchs sans but, mais avec 4 passes, on décide de le renvoyer à Rochester. Là-bas, il termine la campagne avec 99 points en 73 matchs et permet à son club d'accéder à la finale de la AHL. À l'été 1983, un événement viendra chambouler la carrière de Sauvé.

Transaction importante dans l'histoire des Nordiques

Cet été-là, on peut parler d'un changement majeur chez les Nordiques de Québec. Pourquoi parle-t-on soudainement des Nordiques comme cela ? Simplement parce que Jean-François Sauvé se retrouvait à l'époque dans ce qui deviendra l'une des transactions les plus importantes de l'histoire de la franchise de Québec. Dans le podcast portant sur l'histoire des Nordiques de Québec, on explique comment on était tanné de l'attaquant Réal Cloutier. N'étant pas dans les bonnes grâces de Michel Bergeron, entraîneur de l'équipe à l'époque, on décide de se départir de Cloutier. Il faut mettre en contexte qu'à l'époque, les Nordiques ont fait partie de la fusion AMH-NHL grâce notamment aux prouesses de Cloutier dans l'équipe. Il était le visage et le corps de l'équipe et cette transaction allait tout changer chez les Nordiques, qui confiaient désormais le noyau de l'équipe aux frères Stastny et à Dale Hunter avec les départs consécutifs de Réal Cloutier et de Marc Tardif (retraite).
Listen to "E16 - Saison 1983-84" on Spreaker.

Les Sabres reçoivent: Réal Cloutier et un choix de 1ere ronde.
Les Nordiques reçoivent: Tony McKegney, André Savard, JEAN-FRANÇOIS SAUVÉ et un choix de 3e ronde.


Selon les dires des journalistes Claude Bédard et Maurice Dumas, Sauvé était définitivement un favori de Michel Bergeron. On l'avait acquis notamment à cause de l'entraîneur, qui souhaitait rapatrier le joueur qu'il avait dirigé dans le temps des Draveurs de Trois-Rivières. Par contre, il est envoyé à Fredericton à son arrivée dans l'organisation, où il cumule 50 points en 26 matchs. Alors que les Nordiques poussent pour les séries, on rappelle Sauvé et au cours du calendrier régulier, il cumule 27 points en 39 matchs. Au cours des deux saisons suivantes, il demeure dans l'alignement des Nordiques à temps plein, étant même utilisé à la pointe par son entraîneur Bergeron.

Ceci dit, un obstacle se présente tout au long de la carrière de Sauvé: le timing. À Buffalo, on comptait sur Gilbert Perreault comme premier centre alors qu'à Québec, c'était Peter Stastny qui campait ce rôle. Donc, Sauvé n'aurait jamais vraiment eu la chance de prendre ce poste, peu importe dans laquelle de ces deux formations il serait resté. Comme on le disait plus tôt, l'époque voulait que le hockey soit axé sur l'offensive. Par contre, lorsqu'on regardait l'alignement du Canadien de Montréal avec son ''big three'' à la défensive (Serge Savard, Larry Robinson et Guy Lapointe), on comprenait que la défensive ne devait pas être négligée, surtout sur les deux derniers trios. Tranquillement, les Nordiques essayaient de se sortir de l'éternel problème d'un alignement trop homogène en offensive. Maurice Dumas, dans le podcast portant sur les Nordiques, parle d'une ''trop grande présence de joueurs scientifiques''. Sauvé était inclus dans ce lot de joueurs au talent offensif alors qu'on devait ajouter des joueurs bons dans les deux sens. C'était la mentalité nouvelle qui s'implantait tranquillement.

Donc, comment un joueur de centre de 5'7, 165 livres, qui affiche un potentiel offensif uniquement, pouvait se frayer un chemin dans un alignement ? C'est un peu ce qui s'est passé avec Sauvé de ce qu'on peut en comprendre dans l'histoire. Après la saison 1985-1986, la carrière en LNH de Sauvé commence à s'effriter. En 1986-1987, après 14 matchs chez les Nordiques, il fait ses valises et se dirige en Suisse pour jouer avec le HC Fribourg-Gotteron.

Véritable vedette en Europe

Dans la LNA, Sauvé s'impose comme une réelle vedette. À sa première campagne en 32 matchs, il cumule 90 points. Des performances qui se maintiendront jusqu'en 1988-1989 alors qu'il tente un retour dans la AHL. Malgré ses succès à Adirondack, cumulant au passage 26 points en 16 matchs, Sauvé retourne en Europe pour deux saisons entre 1989 et 1991. Avec l'équipe de Tours, le natif de Ste-Geneviève inscrit un total de 105 points en 35 matchs à sa saison recrue dans la ligue de France.

Définitivement, Sauvé était trop fort pour l'Europe, très dominant pour la AHL, mais une fois en LNH, malgré le talent qui l'habitait, le contexte du hockey et son gabarit faisaient qu'il avait souvent des bâtons dans les roues. S'est-il passé autre chose pour que ce joueur ô combien talentueux ne puisse s'élever plus haut dans la LNH ? Nous ne le saurons jamais, mais il n'est clairement pas le seul joueur qui fut très dominant sur tous les paliers de hockey professionnel à l'exception de la LNH. Malgré tout, Sauvé a connu de beaux moments en LNH lorsqu'on regarde sa fiche. Son style de jeu trop similaire aux autres joueurs de sa position l'aura-t-il empêché de se tailler un poste à temps plein ? Peut-être...

Stats LNH: 290 matchs: 65 buts, 138 passes pour 203 points
Stats AHL: 181 matchs: 91 buts, 182 passes pour 273 points
Stats LHJMQ: 150 matchs: 130 buts, 238 passes pour 368 points

Vie privée

Le frère de Jean-François sauvé, Robert, connaîtra une plus longue carrière en LNH avec 420 matchs. Il partagera d'ailleurs le même vestiaire que son frère entre 1980 et 1983, lorsque Jean-François endossait le maillot des Sabres. Le fils de Jean-François Sauvé se trouve à être Maxime Sauvé, ancien porte-couleur des Remparts de Québec et des Foreurs de Val d'Or. Maxime est né en France lorsque son père évoluait dans les ligues de France à l'époque. Repêché au 2e tour par les Bruins, Maxime Sauvé ne jouera qu'un match en LNH, pour connaître une carrière uniquement en AHL en Amérique du Nord. Après trois saisons consécutives en Allemagne, en ECHL et en LNAH, Sauvé suit les traces de son père pour s'aligner en France avec la formation de Bordeaux. Il ne s'est aligné nulle part depuis la saison 2018-2019. Jean-François Sauvé est intronisé au Temple de la renommée du réseau Midget AAA et celui de la LHJMQ en 2003.


+2
  

VOIR AUSSI

DERNIÈRES COMMENTÉES


Commentaires

Tu souhaites participer à cette discussion?!? Rejoins dès maintenant la communauté de TSLH!


Rejoindre la communauté  -  Les avantages de devenir membre

OU

Si vous possédez déjà un compte sur TSLH, assurez-vous que l'email du compte est le même que de celui de votre compte Facebook.


S'adresser à un ou des utilisateur(s)

Commentaire
 
Tu souhaites écrire sur le monde du hockey?!? Rejoins dès maintenant notre équipe de collaborateurs!
Ça m'intéresse!

Réseaux sociaux