Fermer

Publié par mat.para  -  23.Avril.2020 - 14:05
5642  
 

Chronique vintage | Cette transaction impliquant Mario Lemieux qui ne se sera jamais conclue chez les Nordiques

HCK.jpg
Photo par Tony McCune ©
''Le Magnifique''. Un surnom tout à fait pertinent. L'ancien attaquant toute étoile des Penguins de Pittsburgh est unanimement dans les meilleurs joueurs ayant foulé les patinoires de la LNH, mais malheureusement, les blessures l'auront freiné considérablement. De nombreux amateurs tiennent encore mordicus à dire que le Québécois aurait pu dépasser Wayne Gretzky s'il était resté en santé tout au long de sa carrière. Mais qu'en serait-il advenu si Mario Lemieux avait endossé, non pas le maillot des Penguins, mais celui des Nordiques de Québec?

Saison 1983-1984. Réal Cloutier et Marc Tardif venaient de quitter le club, l'un étant échangé à Buffalo et l'autre prenait sa retraite. Cette saison est d'ailleurs marquée par la fameuse bataille du Vendredi Saint entre les deux rivaux. Les Nordiques affichaient une équipe assez offensive avec Michel Goulet (122), Peter Stastny (119) et Dale Hunter (79) comme étant les trois meilleurs marqueurs. Ceci dit, les Nordiques de Québec perdent en six matchs contre le Canadien de Montréal en finale de division. Les pronostics étant plus haut que cela, on tentera d'améliorer le club à l'été.
Listen to "E16 - Saison 1983-84" on Spreaker.

Comme mentionné dans l'épisode ci-haut du podcast sur l'histoire des Nordiques de Québec, Marian Stastny commençait à entrer en conflit avec l'organisation, notamment avec l'entraîneur Michel Bergeron. Stastny fut laissé à quelques reprises de côté et le Tchèque subissait la même médecine qu'ont subie Réal Cloutier et Marc Tardif dans les saisons précédentes. Ces deux derniers partirent de Québec et on commençait vraiment à se demander, malgré ses 36 buts la saison précédente, si l'aîné des Stastny n'allait pas être échangé à son tour. Ce que l'on raconte dans cette capsule du podcast, c'est que Bergeron désirait asseoir son autorité en punissant Stastny, qui n'affichait pas un style de jeu qui plaisait au ''Tigre''.

Ce qu'on apprend plus tard, grâce aux couvertures spéciales ''vintage'' des différents réseaux de sports, c'est que l'organisation des Nordiques de Québec avait un plan précis pour l'été 1984. En effet, avec cette saga entourant Stastny et la menace d'une transaction qui était bien présente au-dessus de sa tête, on s'attendait à une grosse transaction comme celle qui impliquait Réal Cloutier à l'été 1983. Apparemment, les Nordiques avaient comme plan de dérober le premier choix des Penguins, qui était à l'époque nul autre que le grand Mario Lemieux. Une rumeur qui fut confirmée plus tard par Maurice Fillion lui-même sur les ondes de CHOI RadioX en entrevue. Imaginez une seconde... Mario Lemieux dans l'uniforme des Nordiques ! Ça aurait pris une transaction majeure, qui se serait probablement installée dans les plus grosses de l'histoire de la LNH. Que demandaient les Penguins selon les rumeurs ?

Eddie Johnston, directeur général des Penguins à l'époque qui fut responsable de la sélection de Lemieux au premier rang de l'encan 84, exigeait un lot de joueurs inouï. De ce qu'on sait avec le temps, Johnston demandait à son homologue Maurice Fillion ces joueurs:

- Peter Stastny
- Marian Stastny
- Anton Stastny
- Dale Hunter



Apparemment, les Nordiques exigeaient Lemieux ainsi que deux autres choix de première ronde pour des repêchages ultérieurs. Rappelons le contexte toutefois. Mario Lemieux demandait un contrat avant même d'être sélectionné par les Penguins, ce qui l'avait poussé à ne pas enfiler le maillot des Pens le jour de son recrutement, stipulant qu'il ne mettrait pas le gilet sans contrat. Cette controverse n'était pas tombée dans l'oreille d'un sourd auprès de Maurice Fillion, qui a tenté de récupérer la balle au bond, mais sans succès.

Évidemment, c'était de grosses demandes à l'époque pour Lemieux, un joueur qui venait de créer la plus grosse controverse de l'histoire du repêchage malgré le grand talent qui l'habitait. Les frères Stastny et Dale Hunter, c'était littéralement le coeur et l'âme de l'équipe, mais surtout le noyau de l'offensive. Dans le contexte historique, les Nordiques n'étaient pas en mode reconstruction à ce moment précis. Tout vider pour Lemieux et deux choix de première allait les pousser, pour quelques années, dans une reconstruction qu'on ne pouvait pas encore assumer. Les Nordiques connaissaient de bons moments dans ces années, qui sont encore qualifiées comme les plus glorieuses de la défunte franchise.

Marian Stastny quitta l'organisation québécoise pour Toronto en 1985. Une expérience infructueuse qui le poussa vers la retraite. En juin 1987, on échange Dale Hunter, ce qui jette une douche froide sur les partisans puisque ce dernier était réellement l'âme de l'équipe. On savait dès lors qu'on embarquait dans un moment tournant de l'équipe en termes de rajeunissement. Peter Stastny est échangé en 1989 pour clore le tout. Même si la reconstruction n'a pas commencé avec l'acquisition de Mario Lemieux en 1984, les Nordiques s'en sont tout de même bien sortis, car cette reconstruction fut malgré tout basée autour de Joe Sakic, Peter Forsberg et tous les joueurs que l’on connaît de l'histoire des Nordiques et de l'Avalanche.









Écoutez notre dernier épisode du TSLH Podcast
Pour vous abonner au TSLH Podcast:


0
  

Commentaires

Tu souhaites participer à cette discussion?!? Rejoins dès maintenant la communauté de TSLH!


Rejoindre la communauté  -  Les avantages de devenir membre

OU

Si vous possédez déjà un compte sur TSLH, assurez-vous que l'email du compte est le même que de celui de votre compte Facebook.


S'adresser à un ou des utilisateur(s)

Commentaire
 
Tu souhaites écrire sur le monde du hockey?!? Rejoins dès maintenant notre équipe de collaborateurs!
Ça m'intéresse!

Réseaux sociaux