Fermer

Publié par mat.para  -  21.Mars.2020 - 11:35
737  
 

Des habitudes bien particulières sont employées par de nombreux gardiens de but de la LNH

NHL.jpg
Photo par Michael Miller ©
Les gardiens de but dans le milieu du hockey ont parfois un petit quelque chose de particulier. Est-ce parce qu'ils sont souvent dans leur bulle ou la pression fait que les joueurs évoluant à cette position abordent les matchs différemment ? Nous n'avons pas la réponse, mais c'est un constat effectué sur de nombreuses années à sillonner les patinoires. En LNH, ce constat semble d'actualité avec ce récent texte de Kevin Woodley, correspondant pour le site officiel de la LNH. Dans son écrit, il aborde une certaine habitude très particulière chez plusieurs gardiens du circuit Bettman. Plusieurs gardiens se sont ouverts sur leurs habitudes et sur la façon dont ils abordent un match.

Se parler soi-même

Cette première habitude semble faire partie des approches de nombreux gardiens de la ligue. Plusieurs utilisent des gestes, comme lancer son eau par terre avec sa gourde, mais dans la majorité des cas, les hommes masqués se parlent à eux-mêmes. Lors des rencontres entre Woodley et différents gardiens du circuit, Braden Holtby, Carter Hart et Semyon Varlamov semblent assez convaincus que cette pratique. Selon eux, c'est une façon de se concentrer, mais aussi de se rappeler, en le faisant à voix haute, de différents points techniques à penser pendant le match.

''Je pense que tous les gardiens du monde se parlent à eux-mêmes. Moi, je le fais en Russe à voix haute pendant le match. Avant le match, pendant le match, après le match, ça arrive tout le temps. C'est comme cela qu'on se prépare à un match. C'est comme cela qu'on se remet d'un mauvais but.''
- Semyon Varlamov

Plusieurs autres gardiens utilisent ceci pour recadrer leur technique. C'est le cas notamment de Devan Dubnyk, qui s'ouvre sur la pratique de se parler à soi-même.

''Quand un jeu survient et que je ne me fais pas déjouer, mais que je sais que mon positionnement était vulnérable, je me mets à me parler à voix haute en me disant que mes pieds étaient mal placés, que je me suis baissé trop vite et de faire attention.''
- Devan Dubnyk

La Reine des neiges

Si, en tant que parents, vous êtes tannés de voir ce film à répétition dans les derniers jours à cause de vos jeunes enfants, les gardiens de but de la ligue n'y échappent pas non plus en pleine saison. Antti Raanta en témoigne auprès de Woodley lors de son entretien. Le gardien des Coyotes explique que l'apprentissage se fait quotidiennement sur le fait de se relever après un mauvais match. Plusieurs rencontres avec les entraîneurs des gardiens sont faites pour aider les joueurs en ce sens. Toutefois, Raanta mentionne qu'un visionnement de la Reine des neiges l'a grandement aidé.

''Lorsque ma fille regarde la Reine des neiges, elle adore chanter la chanson 'Let it go' et je crois que cette phrase s'applique très bien à la réalité d'un gardien de but. Après une mauvaise sortie, il faut juste laisser cela aller et se concentrer sur le prochain match. Parfois, quand je connaissais un mauvais match et que j'arrivais à la maison, je voyais ma fille chanter 'Let it go' et je me disais qu'effectivement, je pouvais passer à autre chose.''
- Antti Ranta

Écrire sur son équipement

Plusieurs gardiens de but inscrivent également des choses dans leur équipement, afin de se remémorer certains trucs en plein match. Corey Schneider fait partie de ceux-là, alors qu'il explique qu'il écrit certains messages dans l'intérieur de son bloqueur. Michael DiPietro également utilise cette pratique, qui fut découverte lors du championnat mondial junior en 2019.

''Dans mon bloqueur, j'ai inscrit les phrases: 'Don't fear the failure, Compete 100%, Enjoy the process, Play for others'. Des fois, on commence à douter de soi-même, donc c'est bien d'avoir un petit quelque chose pour nous le rappeler''
- Corey Schneider

''J'ai obtenu ce truc de Ryan Hamilton, conseiller psychologique en performance. J'écris des choses dans mon bloqueur, mais je change souvent le message. Lors des championnats mondiaux juniors, j'avais l'anagramme ABC, qui voulait dire (be) Aware, Breathe, Choose. Par la suite, après des discussions avec Curtis McElhinney au Championnat du monde, j'ai inscrit 'Take one puck at a time'. Puis, chez les Canucks, j'en suis maintenant à l'anagramme WIN (What's Important Now).''
- Michael DiPietro

Des fois, on pense que les gardiens sont un peu ''wierdo''. Sans pour autant les qualifiés d'étrange, il va de soi qu'à cette position, les athlètes utilisent des méthodes plutôt intéressantes de se concentrer. Un match avec un micro dans le casque des gardiens serait fort intéressant à écouter...


0
  

Commentaires

Tu souhaites participer à cette discussion?!? Rejoins dès maintenant la communauté de TSLH!


Rejoindre la communauté  -  Les avantages de devenir membre

OU

Si vous possédez déjà un compte sur TSLH, assurez-vous que l'email du compte est le même que de celui de votre compte Facebook.


S'adresser à un ou des utilisateur(s)

Commentaire
 
Tu souhaites écrire sur le monde du hockey?!? Rejoins dès maintenant notre équipe de collaborateurs!
Ça m'intéresse!

Réseaux sociaux