Publié par mat.para  -  9.Février.2017 - 15:46
3908  
 

Chronique vintage | Owen Nolan, la fierté irlandaise qui a redéfini le style d'attaquant de puissance

HCK.jpg
Photo par Resolute ©
Owen Nolan, cette ancienne gloire des Nordiques et des Sharks de San José, a tiré sa révérence le 7 février 2012 après 1200 parties dans la LNH. Repêché en 1990 comme tout premier choix par les défunts Nordiques, Nolan est l'un des six joueurs irlandais à s'être aligné avec un club de la LNH. Produit des Royals de Cronwall, l'ancien attaquant de puissance se joint aux Nordiques la campagne suivant sa sélection et en 59 parties, il ne cumule que 13 points. Ce n'est que la saison suivante qu'il s'établit vraiment comme un joueur dominant à Québec et à ses quatre campagnes suivantes, il maintient une production moyenne d'un point par partie. Un rendement offensif qui aurait pu être plus élevé si l'attaquant n'avait pas passé plus de 180 minutes au cachot par saison. Toutefois, son style de jeu axé sur la robustesse le rendait impitoyable sur la patinoire, d'autant plus qu'il n'avait jamais peur de lâcher les gants devant l'adversaire.

La controverse de sa blessure en 1993

Nolan s'est malheureusement démarqué dans l'histoire des Nordiques pour une controverse qui a fait beaucoup jaser à l'époque. Comme l'explique le très intéressant site sur l'histoire des Nordiques de Québec, l'Irlandais a accusé les médecins de l'équipe d'avoir fait une erreur sur le diagnostic de sa blessure à l'épaule. Frustré, il quitte l'organisation pour ne revenir qu'en janvier pour entreprendre ses traitements. Cette saison-là, Nolan ne dispute que six rencontres. Une saison marquée par les nombreuses blessures chez les Nordiques, notamment concernant Stéphane Fiset. Owen Nolan revient la saison suivante après une exclusion des séries en 1993-1994 malgré tout le potentiel de l'équipe. En 1994-1995, Nolan dispute un total de 46 rencontres au cours desquelles il a cumulé 49 points. Il subit malheureusement une autre blessure qui le tient à l'écart pour une bonne partie de l'année. Il revient en force pour les séries éliminatoires après que les Nordiques aient mis la main sur le championnat de division. Malgré l'incroyable saison de la recrue Peter Forsberg, les Nordiques sont éliminés au premier tour et la franchise est déménagée au Colorado pour la campagne suivante.

Nolan reste dans les plans de l'équipe maintenant établie au Colorado, mais ce n'est que pour une courte durée. Les blessures s'accumulaient malgré un rendement qui ne baissait point. Son style physique était la cause principale du nombre de blessures, mais rien au monde ne pourrait faire changer sa façon de jouer. Pierre Lacroix, directeur général de l'Avalanche à l'époque, décide donc de transiger Owen Nolan à San José en retour du défenseur Sandis Ozolinsh. L'attaquant n'aura donc pas pu profiter de l'équipe que Lacroix était en train de bâtir pour mettre la main sur la Coupe dans un avenir rapproché, mais son arrivée à San José relance clairement sa carrière, elle qui avait subi un bon coup avec seulement 52 parties en deux ans.

Colorado acquiert Sandis Ozolinsh de San José contre Owen Nolan le 26 octobre 1995

Laisser sa marque en Californie

Pendant ses huit premières saisons dans l'uniforme des requins, Nolan ne manque plus beaucoup de rencontres. En effet, de 1995 à 2000, il dispute plus de 70 rencontres à chacune de ces campagnes. Sa production affichait toutefois une baisse comparativement à celle maintenue chez les Nordiques, exceptée en 1999-2000, où il cumule son meilleur dossier en carrière (44-40-84). Au cours de ces cinq campagnes, Nolan a passé plus de 100 minutes au cachot lors de chacune de ces saisons. C'est donc dire que lorsqu'on passe plus d'une centaine de minutes au banc des punitions et qu'on trouve le moyen d'inscrire 44 buts dans une carrière, on redéfinit clairement le style d'attaquant de puissance. Ce n'est toutefois qu'à partir de 2002 que le rendement de Nolan commence à diminuer. Sortant d'une saison de 66 points, son plus grand total s'élèvera à 48 pour les six saisons suivantes. Pendant son temps à San José, il est nommé capitaine de l'équipe et a participé quatre fois au Match des Étoiles. Ce n'est qu'à la date limite des transactions de 2003 que Nolan passe des Sharks au Maple Leafs.

San José acquiert Brad Boyes, Alyn McCauley et choix R1 2003 (Mark Stuart) de Toronto contre Owen Nolan le 5 mars 2005

Nolan ne reste que deux saisons à Toronto et ses performances sont de plus en plus décevantes, étant également aux prises avec de nombreuses blessures. Des problèmes contractuels en raison de la nouvelle convention collective suite au lock-out de 2004 mettent des tensions entre le clan Nolan et les Leafs, si bien que l'attaquant ne dispute pas la dernière année à son contrat chez les Leafs. Blessé au genou, il utilise le prétexte qu'il doit guérir son genou à 100% avant de revenir, mais pendant ce temps, il s'entraînait à San José sur la patinoire des Sharks. De plus, il laissait entendre à qui le voulait que plusieurs clubs s'intéressaient à lui pour la prochaine saison, alors qu'il devenait joueur autonome. Il trouve preneur chez les Coyotes de Phoenix, au coût d'un million pour une seule saison. Sa production chute encore et la franchise décide de ne pas le signer à nouveau. Il joue un an à Calgary et le vétéran, ne faisant toujours pas de flammèche, demeure en mesure de signer un contrat de deux ans d'une valeur de 5,5 M$ dès la saison suivante avec le Wild du Minnesota.

Après une présence peu fructueuse chez le Wild, il n'est plus en mesure de décrocher un contrat dans la LNH et Nolan s'exile donc en Suisse pour s'aligner avec les Lions de Zurich dans la LNA. De prime à bord, son contrat n'était que pour un mois. Toutefois, il y reste pour l'entière partie de la saison avant d'obtenir un essai avec les Canucks à l'été 2011. Après un an en Suisse, Nolan a la chance de prouver qu'il peut agir comme un bon vétéran dans la LNH, mais l'expérience fut de courte durée. Il est libéré de son essai le 25 septembre de la même année, sous prétexte qu'il avait des problèmes familiaux. Depuis, Nolan ne s'est plus aligné avec une équipe professionnelle et il rend sa retraite officielle en 2012. Dans les années où le hockey était beaucoup plus violent qu'actuellement, Nolan s'est établi comme un réel guerrier de son époque. Peu de joueurs affichent désormais son style de jeu, relégué de plus en plus aux oubliettes. Avec un impressionnant total de 885 points en 1200 matchs en carrière, tout en affichant un cumulatif de 1793 minutes de pénalité, Nolan appartient vraiment à une classe à part. Sans tout ce temps passé au cachot, peut-être aurait-il totalisé plus de points en carrière, qui sait ?


+4
  

Commentaires

Tu souhaites participer à cette discussion?!? Rejoins dès maintenant la communauté de TSLH!


Rejoindre la communauté  -  Les avantages de devenir membre

OU

Si vous possédez déjà un compte sur TSLH, assurez-vous que l'email du compte est le même que de celui de votre compte Facebook.


S'adresser à un ou des utilisateur(s)

Commentaire
 
Tu souhaites écrire sur le monde du hockey?!? Rejoins dès maintenant notre équipe de collaborateurs!
Ça m'intéresse!