Fermer

Publié par NashvilleFrance  -  19.Juillet.2016 - 14:11
3334  
 

Que nous enseigne la transaction Ottawa/New York sur le parcours, et l'avenir, de Derick Brassard ?

OTT.jpg
Photo par 5of7/flickr ©
Il ne fait aucun doute, dans l'esprit de nombreux analystes, qu'au-delà de la belle opération sportive réalisée hier par les Rangers dans le cadre de l'échange Brassard-Zibanejad, la haute-direction new-yorkaise s'est parallèlement employée à faire de cette transaction une garantie de souplesse par rapport au plafond salarial. Ce raisonnement, vu sur du court-terme, s'appuie ainsi sur le besoin qu'éprouve l'organisation de se départir dans l'instant d'un joueur plutôt bien rémunéré, en l’occurrence Brassard, dans l'optique de céder de la place aux nouvelles ententes prévues pour les RFA Chris Kreider et Kevin Hayes. Si le contrat de Zibanejad atteindra bien son échéance l'été prochain, son salaire actuel de 2,625 M$ représente une belle aubaine en comparaison du lourd contrat allouant 5 M$ à l'année au centre québécois. Par ailleurs, la contrepartie offerte par Pierre Dorion et son équipe directionnelle garantit aux Blueshirts une sélection de second tour au repêchage 2018 ce qui, là-encore, comble un besoin immédiat d'une franchise en manque cruel de personnel dans sa banque d'espoirs.

Ce n'est pas la première fois que Brassard est impliqué dans un échange des Rangers ayant pour but d'alléger la masse salariale de l'équipe. Lors de son arrivée à la date limite des transactions 2013, son sort fut ainsi directement lié à celui de Marian Gaborik. Ayant conclu l'exercice précédent avec un total de 41 buts inscrits et 76 points, le slovaque se présente au mois d'Avril suivant avec 19 points à son actif, en n'ayant disputé que 35 matchs suite au lock-out. Alors que Carl Hagelin, Ryan McDonagh et Dereck Stepan sont en passe de réclamer de nouveaux et lucratifs contrats, Glen Sather agit. Ainsi, le futur angeleno finit par atterrir à Columbus, en compagnie de deux joueurs de calibre LAH (Blake Parlett et Steven Delisle) et en retour de Derick Brassard, John Moore, Derek Dorsett ainsi que d'un lointain choix au repêchage 2014. Comme l'illustre ce papier d'époque de Sean Gentille, auteur de sportingnews.com, le cas du québécois ne retient que peu l'attention. Si tous les regards se braquent alors vers Gaborik, l'analyse de la contrepartie se focalise d'avantage sur Dorsett. Le chroniqueur parle en effet de l'ailier comme d'un joueur utile sur les deux derniers trios, qui aux côtés de Brassard se doit d'apporter plus de physique et de robustesse à l'alignement new-yorkais. Mais les deux hommes ont alors leurs faces sombres, Dorsett étant par exemple indisponible pour la suite de la saison en raison d'une clavicule cassée. Pour Brassard, c'est une toute autre problématique qui est mise en avant. De fait, l'article qui ne s'attarde guère sur le joueur de centre se contente de le décrire en un seul mot, un mot par ailleurs clé dans le contexte de la Grosse Pomme : « surpayé ».

Si à l'époque le natif de Hull n'avait jamais atteint le plateau des 50 points, la situation est cependant bien différente aujourd'hui. En trois ans, Brassard s'est taillé une place de choix dans l'attaque des Rangers, alignant de solides saisons sur le plan numérique (45, 60 et 58 points sur les saisons régulières de 2013 à 2016) pour finalement parapher un nouveau contrat, à la hausse, en 2014 (entente qui court donc jusqu'en 2019). Comme le reconnaît ici Joe Fortunato, auteur sur le site SB Nation blueshirtbanter.com, le québécois s'est réellement construit une image inspirant le respect pour l'ensemble de la base partisane des Rangers. Grand ami de Mats Zuccarello et adoré du vestiaire, il a su se faire reconnaître comme un être aussi appréciable par son comportement que via ses performances sur la glace. Et bien-sûr, chaque fidèle du Madison Square Garden se souviendra de lui pour ses accomplissements en séries éliminatoires, Brassard s'étant, depuis 2013, établi comme un joueur capable d'embrasser les enjeux entourant une rencontre à haut-risque en haussant son niveau de jeu en conséquence. De cette façon, il s'est notamment distingué à l'issue de la saison 2014/15 en amassant 16 points en 19 matchs de tournoi printanier, avec un différentiel de +9. Pour Fortunato, c'est en somme un véritable homme fort qui vient de quitter Manhattan, un joueur combinant puissance et précision pour installer sa domination sur les lignes d'attaque. Cette transaction semble tout de même ravir les observateurs new-yorkais, satisfaits de voir l'effectif des Rangers se rajeunir en récupérant un joueur à la production similaire, mais toujours susceptible de s'améliorer. Malgré tout, cet échange atteste qu'en trois ans, le chemin parcouru par Brassard aux côtés des blueshirts fut remarquable.

Mais alors, cette perception à la hausse de ses talents se poursuivra-t-elle l'an prochain dans l'Ontario ? Pour cela, il semble important que le centre retrouve une partie de ce qui a fait son succès du côté de New York, à savoir une association avec un ailier de talent, d'un impact plus ou moins semblable à celui de Mats Zuccarello. Selon « nkb » contributeur du côté de silversevensens.com, site SB Nation consacré à la formation d'Ottawa, il existe de fortes chances de voir Derick Brassard s'installer sur le même trio que Bobby Ryan à la rentrée prochaine, les deux hommes étant présumés en deuxième ligne. Kyle Turris pourrait donc maintenir son emprise sur la toute première association des Sénateurs. Excellent en jeu de puissance, Brassard est également attendu dans ce domaine comme un renfort de choix pour Erik Karlsson, l'homme à tout faire des Sens. Cette embauche se caractérise aussi par l'insistance placée par la haute-direction ontarienne sur le profil technique de Brassard. Passeur reconnu, il se pose ainsi comme un vrai complément aux besoins affichés par Ottawa sur le plan offensif, comme nous l'explique Pierre Dorion dans des propos repris Callum Fraser, toujours sur silversevensens.com : « Notre équipe ne possédait pas de centre gaucher fabriquant de jeu ces dernières saisons. Je pense qu'avec Derick, nous récupérons un attaquant capable de générer de l'offensive sur une base régulière » a ainsi déclaré le DG dans la conférence de presse suivant l'annonce de l'échange. Concrètement, et comme le note à nouveau « nkb », la possibilité d'ajouter un gaucher sur une ligne où Zibanejad, droitier, n'a guère su combiner allègrement avec Bobby Ryan au cours de l'exercice 2015/16 est un vrai coup tactique, destiné à faciliter le travail de Guy Boucher l'an prochain. Avec la possibilité de trouver un second souffle sur ses deux premiers trios, Dorion ne s'inquiète pas de la portée de sa transaction, assumant la contrepartie offerte aux Rangers tout en ne négligeant pas de rappeler son ambition principale, ramener Ottawa en séries l'an prochain : « Nous amenons ici un joueur qui a connu beaucoup de succès durant les séries […] Je sais que j'en parle énormément, mais je souhaite que nous ayons une équipe capable à la fois d'atteindre les séries mais également d'être compétitive à ce moment » explique-t-il, avant de poursuivre « Je sais que nous avons perdu un excellent joueur en Mika, mais en tant que groupe nous avons senti qu'il s'agissait d'une étape très positive, dans la bonne direction, afin de nous améliorer dès maintenant ».

Si avec le temps les chances de voir New York sortir grandi de cet échange semble plus conséquentes, notamment du fait de la récupération d'un choix de deuxième ronde, ces derniers événements témoignent tout de même du beau parcours réalisé par Brassard et qu'il tentera de poursuivre dans la capitale canadienne. Lui, qui n'a pas toujours été une pièce centrale dans les cerveaux des DG prêts à transiger, peut ainsi savourer de se savoir réclamé par une équipe prête à lui confier un rôle aussi précis que crucial dans son alignement. Désormais joueur d'impact, capable de dompter les âpres confrontations des séries éliminatoires, le Brassard version 2016 est un homme qui repart de New York avec bien plus d'attention que lorsqu'il y a posé ses valises en 2013. À lui, maintenant, de préserver son image de joueur solide en faisant concorder sa technique et ses talents aux attentes qui sont désormais placées en lui du côté de l'Ontario.

 Sénateurs d'Ottawa - ( OTT )

Ass. de l'est


Saison Position LNH Position EST PJ V D OTL PTS % Victoire BP Moy. B.P./match BC Moy. B.C./match
2018-2019 31e 16e 82 29 47 6 64 0.354 242 2.95 301 3.67
2017-2018 30e 15e 82 28 43 11 67 0.341 219 2.67 284 3.46
2016-2017 12e 6e 82 44 28 10 98 0.537 206 2.51 210 2.56

Pierre Dorion - Directeur général



Derick Brassard - (C) - COL - [ 31 ans ]

Saison EQ PJ B P PTS MoyPts/
match
Minus Salaire moyen
2018-2019 COL-PIT-FLO 70 14 9 23 0.33 -19 5$ M
2017-2018 OTT-PIT 72 21 25 46 0.64 0 5$ M
2017-2018 series PIT 12 1 3 4 0.33 -1 5$ M
2016-2017 OTT 81 14 25 39 0.48 +12 5$ M

Statistiques générées le 2019-07-20 02:19:38


+2
  

Commentaires

Tu souhaites participer à cette discussion?!? Rejoins dès maintenant la communauté de TSLH!


Rejoindre la communauté  -  Les avantages de devenir membre

OU

Si vous possédez déjà un compte sur TSLH, assurez-vous que l'email du compte est le même que de celui de votre compte Facebook.


S'adresser à un ou des utilisateur(s)

Commentaire
 
Tu souhaites écrire sur le monde du hockey?!? Rejoins dès maintenant notre équipe de collaborateurs!
Ça m'intéresse!
Nombre de réponse : 1
#109078

hockyaddict
Espérons que Brassard saura relancer Ryan qui n'en a pas mené large l'an passé au sein du deuxième trio.

19.Juillet.2016 - 15:04   
   +2  

SÉNATEURS D'OTTAWA - 2019-2020

26 contrats à échéances au 2020-06-21.
12 joueurs autonomes au 2020-06-21.
14 joueurs autonomes avec restriction au 2020-06-21.
Dirigé par monsieur Pierre Dorion



CONTRAT À ÉCHÉANCE POUR LA SAISON 2019-2020

 [G] - Craig Anderson 4,75$ M 2018-2020 JA
 [L] - Clarke MacArthur 4,65$ M 2015-2020 JA
 [C] - Artem Anisimov 4,55$ M 2015-2020 JA
 [L] - Mikkel Boedker 4$ M 2016-2020 JA
 [D] - Ron Hainsey 3,5$ M 2019-2020 JA
 [C] - Jean-Gabriel Pageau 3,1$ M 2017-2020 JA
 [C] - Chris Tierney 2,94$ M 2018-2020 JAR
 [G] - Mike Condon 2,4$ M 2017-2020 JA
 [RW] - Connor Brown 2,1$ M 2017-2020 JAR
 [LW] - Anthony Duclair 1,65$ M 2019-2020 JAR
 [D] - Mark Borowiecki 1,2$ M 2018-2020 JA
 [G] - Joel Daccord 0,93$ M 2018-2020 JAR
 [RW] - Max Veronneau 0,93$ M 2018-2020 JAR
 [D] - Dylan DeMelo 0,9$ M 2018-2020 JA
 [C] - Logan Brown 0,89$ M 2017-2020 JAR
 [D] - Thomas Chabot 0,86$ M 2017-2020 JAR
 [C] - Tyler Ennis 0,8$ M 2019-2020 JA
 [D] - Cody Goloubef 0,8$ M 2019-2020 JA
 [LW] - Alex Formenton 0,78$ M 2017-2020 JAR
 [LW] - Rudolfs Balcers 0,76$ M 2017-2020 JAR
 [D] - Christian Jaros 0,76$ M 2017-2020 JAR
 [C] - Nick Paul 0,75$ M 2019-2020 JAR
 [C] - Filip Chlapik 0,73$ M 2017-2020 JAR
 [RW] - Jack Rodewald 0,73$ M 2019-2020 JAR
 [D] - Andreas Englund 0,7$ M 2019-2020 JAR
 [LW] - Morgan Klimchuk 0,7$ M 2019-2020 JA


DATES IMPORTANTES SAISON 2019-2020

Début de la saison : 2019-10-02
Fin de la saison : 2020-04-04
Date limite des transactions : 2020-02-23
Début du marché des agents libres : 2020-06-21



MASSE SALARIALE POUR LA SAISON 2019-2020

Plancher salarial : 60,2 $ M
Plafond salarial : 81,5 $ M



EN VRAC

Réseaux sociaux