Fermer

Publié par NashvilleFrance  -  4.Juillet.2016 - 15:18
8048  
 

P.K. Subban : une histoire de coach(s)

NHL.jpg
Photo par Lisa Gansky ©
Comme attendu, la transaction monstre concoctée par Marc Bergevin et David Poile a fait couler des flots d'encre numérique, suscitant l'interrogation, l'enthousiasme ou le dépit chez des milliers (millions ?) de partisans et d'observateurs. Les statuts des deux joueurs échangés, Subban et Weber, ont d'abord été comparés comme ceux de deux défenseurs étoiles, aux styles certes très différents, mais partageant cependant un impact offensif non-négligeable. Lorsque l'ancien capitaine des Prédateurs décoche un tir surpuissant lors d'une période de supériorité numérique, l'ex-pile électrique des Canadiens affectionne les montées survitaminées vers le but adverse, délivrant de ses arabesques un solide nombre d'assistances, sur une base régulière (plus de 40 à l'année depuis 3 ans). Avec des nombres divers en tête, on s'interroge sur le contrat et l'âge de Shea Weber, ses chances de maintenir sa production et de survivre sans Suter ou Josi à ses côtés. Au même moment, les partisans du CH tentent de se rappeler du nombre de fois où un P.K. Subban déchaîné a bêtement concédé un revirement assassin pour sa défensive, délaissant maladroitement la rondelle dans la zone adverse. Et puis il y a le vestiaire, la vie de groupe, essentielle car Montréal récupère via cet échange le dernier vainqueur du Trophée Mark Messier, remis à l'homme fort démontrant le plus de leadership sur les patinoires de LNH. À l'opposé, Subban semble avoir été placé dans son avion en direction de Nashville du fait de son caractère exubérant, ne cadrant pas avec les principes de l'homme de confiance de Marc Bergevin, le technicien québécois Michel Therrien.

Therrien, parlons-en. Un coach dur, conservateur dans ses choix. La défensive il en fait son affaire, et si par malheur un joueur (peu importe son poste) met en péril cet équilibre, il peut s'attirer les foudres de son entraîneur-chef. C'est le rôle qui fut souvent endossé par Subban au cours des derniers mois, avec en paroxysme le désaveu pur et simple prononcé par un Therrien agacé, fustigeant son arrière après une nouvelle défaite 3 buts à 2 face à l'Avalanche, au soir du 19 février: « Nous avons joué une partie solide, c'est vraiment dommage qu'une erreur individuelle nous coûte finalement le match » déclarait-il au micro des journalistes venus suivre la confrontation entre le CH et le Colorado (source : sportsnet.ca). En lâchant publiquement son joueur, il l'excluait de fait de la dynamique du groupe. C'est d'autant plus dur que Subban n'était guère le seul fautif sur le but adverse, perdant certes le disque, mais voyant derrière lui un Max Pacioretty passif relâcher son soutien défensif, laissant ainsi le vétéran Jarome Iginla se diriger vers la cage des Habs pour apposer son nom sur la fiche de pointage. Cet épisode traduit le malaise qui régnait alors au sein des Canadiens, avec un Michel Therrien avide d'ordre et de cohésion, préférant blâmer les excès de style de P.K. Subban en le mettant en opposition au reste de l'équipe. Le collectif prime et malheur à celui qui, par son jeu ou son aura, se mettra en position de l'éclipser.

Pourtant, comme le note Stu Cowan, de nationalpost.com, le style Therrien n'est plus dominant, voir même clairement marginal dans la LNH actuelle. Le chroniqueur en veut pour preuve une déclaration vieille de quelques mois et venant du vénérable tacticien des Blues de Saint Louis, Ken Hitchcock : « de nos jours, la seule manière de jouer la défense c'est de s'installer en zone offensive et contrôler la rondelle ». Le point de vue montréalais sur le sujet est pourtant tout autre, l'équipe tentant de bâtir de l'arrière en se basant sur l'assurance qui ressort de la présence de Carey Price devant le filet, à coup-sûr la plus grande force de l'équipe. Pour Cowan, la possession haute a manqué aux Canadiens, trop attentistes, durant toute la saison, et on est en droit de penser que cela s'accentuera avec le départ acté d'un des meilleurs manieurs de disque du circuit Bettman.

Finalement, c'est cette opposition entre une vision d'un hockey « à l'ancienne » et les libertés prises par un joueur répondant parfaitement aux canons du jeu moderne qui ont précipité Subban vers le Tennessee. Là-bas, c'est un autre environnement et une autre culture qui l'attendent. Une culture relativement jeune, développée à l'arrivée de Peter Laviolette sur le banc d'un Nashville transformé en deux saisons par l'émergence, ou l'embauche, de joueurs clés comme Filip Forsberg, James Neal, Roman Josi, Ryan Johansen ou même Mike Ribeiro, très précieux lors de sa première année. Auparavant, la franchise évoluait avec un jeu défensif élaboré par Barry Trotz, où la possession de la rondelle et l'efficacité dans les deux sens de la patinoire correspondaient à la description du style arrière moderne émise par Hitchcock. Si Subban aurait pu s'y inscrire sans problème, comme il le pourrait chez les Capitals ou dans n'importe quelle autre formation de la LNH (enfin visiblement sauf le CH) ; c'est cependant sous la houlette d'un Laviolette obnubilé par la vitesse d'exécution et la rapidité sur les ailes qu'il va faire ses premiers coups de patins avec la tunique dorée des Preds sur le dos. Via un échec avant prononcé, son futur coach offre par ailleurs à ses défenseurs la possibilité de bien se projeter vers la cage adverse.

C'est ce système qui a fait briller les Weber, Josi, Ellis et autres Ekholm sur l'exercice 2015/16. Et ce jeu léché, qui met aussi bien en avant les attaquants que leurs comparses de la ligne bleue, semble plutôt s'accorder avec le profil technique de Subban. Laviolette lui-même est le premier à se féliciter d'un tel ajout, comme exprimé dans une vidéo de la conférence de presse suivant la transaction, et disponible sur le site tennessean.com: « Nos défenseurs patinent tous bien, transportent bien le disque. Je pense qu'il s'intégrera facilement dans ce cadre, et nous aurons ainsi un Top-4 très très mobile ». Pour plus de vitesse, la possibilité d'une association avec Josi fait saliver, mais le technicien américain garde la main sur l'opinion, et n'exclut pas la possibilité de « les séparer, le (Subban) faire évoluer avec Ekholm. De toute manière nos premières paires seront très solides ». En effet, on n'en doute pas...

Cependant et comme le rappelle Adam Vingan, journaliste affecté à la couverture des Preds par le Tennessean, Therrien et Laviolette ne sont pas nécessairement aux antipodes l'un de l'autre. Ils partagent ainsi une certaine intransigeance envers le non-respect de leurs plans de match respectifs. Figure passionnée, le coach de Nashville peut ainsi mettre son caractère impulsif au service de ses convictions sur le jeu et de la concordance entre ce qu'il attend de ses joueurs et ce qui lui est donné en retour. Si l'implication de Subban n'est pas un problème, l'arrière se dépensant sans compter sur la glace, sa rigueur sera à nouveau mise à l'épreuve par le staff technique. Reste que, au sein d'une équipe ayant pour objectif d'améliorer encore et toujours les phases d'attaque, le profil technique virevoltant du natif de Toronto devrait globalement épouser les attentes de l'organisation.

Le cas Subban finalement conditionné par le sportif et la tactique, ou bien par son image hors de la glace ? Il semble que ce soit un mélange de ces facteurs qui ait conduit à son départ, ou provoqué son arrivée, suivant le point de vue des parties impliquées. Dans une cité remplie de vedettes, siège d'une puissante industrie musicale, le profil médiatique de notre homme devrait plaire. La franchise vient de s'offrir un visage magnétique, qui établira encore plus le hockey comme l'un des sports phares de l'aire urbaine de Nashville. Bien que solidement parée sur le plan des bénéfices, rappelons que l'équipe doit faire face à une confrontation judiciaire entre ses actionnaires . L'arrivée en ville d'une étoile comme Subban sera donc forcément vue comme un vrai plus et une belle opportunité. Mais avant de conquérir la cité sudiste, le défenseur devra d'abord se stabiliser sportivement comme l'atout qu'il doit être pour son futur groupe. Un atout et non un problème. Et dans cette optique, ce sera à Laviolette de réussir, là où Therrien semble, au final, avoir échoué.

P.K. Subban - (D) - NJD - [ 30 ans ]

Saison EQ PJ B P PTS MoyPts/
match
Minus Salaire moyen
2018-2019 NSH 63 9 22 31 0.49 +4 9$ M
2017-2018 NSH 82 16 43 59 0.72 +18 9$ M
2017-2018 series NSH 13 4 5 9 0.69 -2 9$ M
2016-2017 NSH 66 10 30 40 0.61 -8 9$ M

Statistiques générées le 2019-07-20 23:21:38


+1
  

Commentaires

Tu souhaites participer à cette discussion?!? Rejoins dès maintenant la communauté de TSLH!


Rejoindre la communauté  -  Les avantages de devenir membre

OU

Si vous possédez déjà un compte sur TSLH, assurez-vous que l'email du compte est le même que de celui de votre compte Facebook.


S'adresser à un ou des utilisateur(s)

Commentaire
 
Tu souhaites écrire sur le monde du hockey?!? Rejoins dès maintenant notre équipe de collaborateurs!
Ça m'intéresse!
Nombre de réponses : 4
#108846

rikivain
C'est simplement parce que Subban sortait du système et qu'il se mettait lui-même vulnérable. Le hockey est un sport d'équipe. Lorsqu'un joueur essaie de tout faire seul, l'équipe adverse à tôt fait de reconnaître le petit manège et de prendre ce joueur en défaut.Combien de fois avons-nous vu Subban tenter de monter la rondelle et se faire coincer dans la trappe de l'équipe adverse. Un moment donné, un joueur doit comprendre que le hockey est un sport d'équipe et que de blâmer les autres pour ses erreurs, jusqu'au préposé à l'équipement, fini par tomber sur les nerfs de ses coéquipiers et de l'équipe au complet.

8.Juillet.2016 - 20:14   
   0  
#108792

NashvilleFrance
@rikivain

Tu sais, pour moi il n'est pas question ici de faire forcément l'éloge de Subban, d'un point de vue humain. Le but de l'article, c'est vraiment de mettre en évidence qu'il ne semblait pas pouvoir s'intégrer dans le dispositif de Therrien, parce que celui-ci possède une vision du jeu qui le fait clairement identifier Subban comme un facteur de déséquilibre. Therrien a besoin de bons soldats, de leaders moraux. Il a besoin de Shea Weber en somme. Un gars qui cadrera plus avec cette idée de jeu à l'ancienne.

Je sais bien que Subban n'a pas eu que des mauvais moments sous l'uniforme du CH. Donc ça peut paraître étrange de dire qu'il n'avait finalement aucune chance de s'intégrer durablement avec l'équipe. Mais au final, le fait que ce joueur, peut-être le plus talentueux de l'effectif, ait été transigé, ça prouve bien que l'on estimait plus son apport technique indispensable, parce qu'il ne s'accordait pas avec le souhait de son coach. Therrien mise sur Price, c'est la plus grande force de son équipe et il n'est pas le premier entraîneur LNH a placer son gardien au c?ur du jeu, Jacques Lemaire le faisait avec Brodeur et les Devils. Mais en définitive, si tu souhaite faire ça, il te faudra plus de discipline et moins de prise de risque. Plus de Weber, et moins de Subban.

6.Juillet.2016 - 04:10   
   0  
#108787

rikivain
Pendant que le merveilleux Subban se préparera pour la saison 2016-2017, Shea Weber représentera le Canada au championnat du monde....en tant que leader du Canada et l'un des meilleurs défenseurs de l'équipe.

Comme dans la plupart du temps, cela doit être la faute de ceux qui sélectionnent les joueurs et non pas celle de Subban lui-même.

Je suis toujours étonné de voir que c'est la faute des autres.... des autres joueurs de l'équipe, du préposé à l'équipement qui n'a pas su prendre soin des patins de M. Parfait, du coach, etc....

Subban a de belles qualités, mais il faudrait aussi être capable de voir les lacunes dans son jeu et sa personnalité. Combien de joueur ont resté sur le banc... ou sur la galerie de la presse.... et qui ont été visé par l'entraîneur. Je me souvient que l'entraîneur ait mentionné qu'on gardien aurait aimé revoir un tir sur lequel il a paru faible...

Arrêtons de charrier et de faire une saint et un martyre avec Subban....

5.Juillet.2016 - 19:02   
   0  
#108772

SharksFan
Bien qu'il s'agisse de deux joueurs différents, Weber risque d'être jugé par la majorité des partisans en fonction de sa contribution offensive pour le reste de sa carrière avec les Canadiens. Marc Bergevin a acquis Shea Weber pour ce qu'il est, un joueur qui excelle en couverture défensive, au jeu à 1 vs 1 et en situation de PP (surtout avec l'embauche de Kirk Muller). Ces éléments ont fait défauts lors des dernières saisons et ont été mit en évidence avec la blessure de Carey Price. Il faut arrêter de comparer les deux joueurs car la force de PK Subban est le jeu à 5 vs 5 contrairement à Weber. Heureusement, les Canadiens possèdent plusieurs joueurs mobiles, rapides et fluides avec Nathan Beaulieu, Jeff Petry et dans une moindre mesure Andrei Markov (coup de patin plus fluide que Weber) pour effectuer le jeu de transition. Toutefois, les Canadiens ne possédait pas de défenseur défensif élite top2 dans son alignement. Je considère Weber comme une police d'assurance pour Price. Ce dernier est le meilleur "asset" des Canadiens et comme tout asset, on doit y veiller. Les Chris Kreider de se monde risque de passer un mauvais quart d'heure s'il s'aventure trop proche du filet avec Weber qui va jouer de longues minutes devant le filet de Price.

5.Juillet.2016 - 01:04   
   +4  

Réseaux sociaux