Javascript doit etre activé dans votre navigateur pour accéder a www.toutsurlehockey.com
Fermer

Publié par mat.para  -  7.Mai.2017 - 17:55
5109 
 

Chronique vintage | Top 5 des plus grands flops chez les gardiens de but des années 2000

NHL.jpg
Photo par User:Xgeorg ©
Un fameux flop. Ce mot que les organisations craignent par-dessus tout. Repêcher un joueur prometteur qui s'avère décevant est probablement l'une des choses que les recruteurs et leur organisation souhaitent éviter à tout prix. Malheureusement, ces flops peuvent survenir à n'importe quel moment, avec n'importe quel joueur. Une carrière peut être parsemée d'embûches et malgré tout le talent qu'un athlète peut exprimer, parfois le cheminement et la progression de celui-ci peuvent prendre une tout autre tangente. Portons un regard sur ces gardiens de but qui démontraient un potentiel réel, mais qu'une fois placés comme partant officiel, se sont révélés être des flops.

5- Chris Mason

Choisi en cinquième ronde par les Devils, les attentes envers Chris Mason se voulaient plutôt modestes. Après une carrière junior désastreuse, affichant des moyennes régulièrement au-dessus de la barre des 4,00, Mason semble trouver sa place dans la LAH. Ses performances sont nettement supérieures et il attire rapidement le regard de ses dirigeants dans l'organisation de Nashville. Ce n'est qu'en 2003-2004 qu'il obtient une réelle première chance de se faire valoir dans la LNH avec un total de 17 apparitions au cours desquelles il cumule une moyenne de buts alloués de 2,18 ainsi qu'une efficacité de 0,926.

Dès lors, l'organisation de Nashville, qui venait tout juste de prendre vie, croyait bien avoir en sa possession un petit joyau caché. La saison suivante, il s'établit comme auxiliaire à temps plein, récoltant encore une fois de bonnes statistiques. Devant ces performances plus qu'honnêtes, Nashville offre le filet à Mason pour une première saison à titre de partant. Avec 40 matchs en 2006-2007, il cumule une moyenne de 2,38 et une efficacité de 0,925. Dans la tête des dirigeants des Preds, le gardien partant était enfin trouvé en Chris Mason. Ils échangent même Tomas Vokoun pour y faire de la place.

Malheureusement, dès la saison suivante, le rendement de Mason dépérit. Ses moyennes augmentent d'année en année et les Preds décident de s'en débarrasser avant qu'il n'ait plus aucune valeur. Les Blues acquièrent donc les services Mason et ses contre-performances se poursuivent. En 2010, il est de nouveau échangé, cette fois à Atlanta. il retombe cependant au rang d'auxiliaire alors que sa moyenne de buts alloués avoisine maintenant la barre du 3,00. Après deux saisons en Europe, Mason se retire de la compétition en 2015, alors qu'il n'est clairement plus en mesure de livrer la marchandise comme il l'a fait à sa seule bonne saison en 2006-2007.


4- David Aebischer

Choix de sixième ronde en 1997 par l'Avalanche, en voilà un autre dont les attentes étaient quasi-nulles. Le gardien était l'un des rares athlètes suisses du circuit Bettman à l'époque et son parcours se voulait plutôt long. Débutant dans la ECHL, il gradue tranquillement dans la LAH comme auxiliaire avant de s'acquérir du filet en 1999-2000, où il totalise 58 matchs. Toutefois, son rendement ne permettait pas de penser qu'il aurait sa place dans la LNH un jour avec ses moyennes plutôt élevées. Or, l'année suivante, après que l'Avalanche ait échangé l'auxiliaire Marc Denis, il obtient une chance d'évoluer derrière Patrick Roy, rien de moins.

Dès lors, sa progression connait une ascension rapide notamment en raison de la présence d'un gardien de la trempe de Roy. Il cumule environ 20 matchs par saison et le gardien suisse affiche de très bonnes moyennes. Ce n'est qu'à la saison 2003-2004 qu'il connait son apogée. Patrick Roy se retire de la compétition et l'Avalanche n'avait en aucun cas prévu de relève devant le filet. Avec la présence de Philippe Sauvé et de Tommy Salo, Aebischer devient le gardien partant par défaut. Il connait la meilleure saison de sa carrière avec une moyenne de buts alloués de 2,09 avec une efficacité de 0,924 en 62 matchs, un sommet en carrière.

La saison suivante est marquée du lock-out et Aebischer s'exile dans son pays natal. Un point tournant de sa carrière qui semble avoir eu l'effet de casser son momentum puisqu'à son retour en sol américain l'année suivante, ses performances sont à la baisse. L'Avalanche en profite donc pour le refiler au Canadien, dans une transaction un pour un contre José Théodore. Il assure donc les arrières de Cristobal Huet, gardien français qui a littéralement chassé Théodore de Montréal avec ses performances éclatantes. L'année suivante, Huet éprouve des difficultés et se partage le filet avec Aebischer, qui ne peut faire mieux.

Au final, le gardien suisse n'aura connu qu'une bonne saison. Les attentes devenaient élevées et celui-ci n'a pu répondre. Il conclut sa carrière dans son pays et ses performances ordinaires ne lui auront jamais permis de revenir dans le circuit Bettman.


3- Vesa Toskala

Repêché en quatrième ronde par les Sharks en 1995, le gardien finlandais prend du temps avant de transférer dans la LNH. Après cinq saisons dans son pays, il décide de s'amener chez le club-école des Sharks. Après une seule saison comprenant 44 matchs et affichant une moyenne de 2,77 ainsi qu'une efficacité de 0,911, Toskala solidifie son rang de premier gardien dans la LAH pour la saison suivante. Lors de la saison 2002-2003, il fait le voyage entre la LNH et la LAH, laissant une belle impression aux dirigeants des Sharks lors de son rappel. L'année suivante, Toskala entre officiellement comme auxiliaire à temps plein derrière Evgeny Nabokov au sein du grand club.

Lors du lock-out de 2004, Toskala se rapporte en Finlande pour poursuivre sa progression. L'année suivante, il obtient plus de responsabilités à titre d'auxiliaire et voit son total de matchs augmenter à 37. Devenant de plus en plus dominant comme auxiliaire, il connait un sort à la Martin Jones. Ne désirant pas se séparer de leur gardien partant en Evgeny Nabokov, les Sharks décident d'échanger Toskala aux Maple Leafs de Toronto, qui se cherchaient désespérément un gardien partant. Le rendement de Toskala lui aura donc permis de se dénicher un poste de partant, mais était-il prêt à le faire réellement ?

Les deux saisons suivantes, il endosse le rôle de partant à Toronto, mais son rendement est bien loin de celui qu'il affichait à San Jose. Alignant des saisons de 66 et de 53 matchs, Toskala n'est point en mesure de s'établir comme un vrai partant. Après deux saisons de misère, Toskala est rétrogradé au titre d'auxiliaire derrière Jonas Gustavsson. Cela signe la fin de sa carrière puisqu'il est échangé à Calgary lors de cette même campagne pour ensuite poursuivre sa carrière en Europe. Malgré qu'il démontrait des belles qualités, Toskala n'a jamais su s'imposer comme un gardien partant.


2- Rick Dipietro

L'un des rares premiers choix évoluant au poste de gardien de but, Rick Dipietro s'amenait avec les Islanders en réel sauveur. Pourtant, si l'on observe son rendement dans les collèges américains, on constate qu'il n'a connu qu'une seule bonne saison. Après deux saisons réussies au titre de partant dans la LAH, Dipietro s'amène avec le grand club de façon permanente en 2003. À sa première saison comme partant, Dipietro offre un bon rendement avec une moyenne de 2,36 et une efficacité de 0,911. Au retour du lock-out pendant lequel Dipietro n'a pas joué du tout, il connait une saison correcte, sans plus. Pourtant, les Islanders lui consentent un faramineux contrat de 67,5 M$ étalé sur 15 ans. Encore aujourd'hui, ce contrat est considéré comme le pire ayant été octroyé à un joueur.

Heureusement, la saison suivante, Dipietro connait la meilleure campagne de sa carrière. Les hauts dirigeants ont pu pousser un soupir de soulagement, qui fut éphémère toutefois. La saison suivante, ses statistiques augmentent quelque peu et ce fut également la dernière campagne de Dipietro à titre de partant. L'Américain n'aura connu que quatre saisons complètes à titre de numéro un en carrière. À partir de la saison 2008, Dipietro est blessé pour la plupart du temps, le limitant à un microscopique total de 50 matchs...en cinq saisons.

Lors de la saison 2010-2011, Dipietro retourne dans l'action, mais n'est limité qu'à 26 rencontres au cours desquelles il affiche un dossier de 8-14-4, avec une moyenne de 3,44 et une efficacité de 0,886. De 2007 jusqu'à sa retraite, le gardien n'a jamais été en mesure de franchir la barre des 0,900 au niveau de son efficacité. Au final, Dipietro n'aura joué que 319 matchs sur une période de 14 ans. Si les Islanders n'avaient pas racheté son contrat, l'organisation continuerait encore à payer ce gardien qui aura été l'un des plus grands flops de l'histoire.


1- Andrew Raycroft

Finalement, en première position de ce décompte, on retrouve cet ancien choix de cinquième ronde des Bruins en 1998. Affichant des statistiques minables dans les rangs juniors, on ne s'attendait à pas grand-chose de Raycroft. Il entame sa carrière en LNH assez rapidement alors qu'à sa première campagne dans la LAH, il est rappelé par les Bruins pour y disputer une quinzaine de matchs. L'année suivante, il devient partant à Providence et son rendement devient de plus en plus satisfaisant. Malgré quelques apparitions sporadiques au sein des Bruins, Raycroft devra patienter jusqu'en 2003-2004 pour obtenir sa réelle première chance dans la LNH.

Et quel début de carrière il connait. Remportant le titre de recrue de l'année, il se classe au cinquième rang pour l'obtention du trophée Vézina grâce à une moyenne de 2,05 ainsi qu'une efficacité de 0,926 en 57 matchs. La saison suivante est marquée par le lock-out et au retour, Raycroft conserve son filet en début de saison. Or, ses performances sont plus que décevantes et l'émergence de Tim Thomas provoque la rétrogradation de Raycroft au poste d'auxiliaire. Sa moyenne de buts alloués ayant presque doublé, Raycroft n'est plus le gardien qu'il était.

Pourtant, en juin 2006, il trouve preneur chez les Maple Leafs de Toronto en échange des droits sur le gardien Tuukka Rask. À l'époque, on ne parlait pas d'un vol sans cagoule. Aujourd'hui...

Raycroft s'amène donc à Toronto et les partisans voient en lui une espèce de gardien partant tant espéré. Or, en 72 matchs chez les Leafs, il ne peut livrer la marchandise comme en 2003. Avec une moyenne de 2,99 et une efficacité en deçà de 900, Raycroft perd son poste au profit d'un gardien mentionné plus haut: Vesa Toskala. En 2010, il se retrouve dans le maillot des Stars de Dallas à titre d'auxiliaire pour deux saisons. Son rendement est si décevant qu'il n'est plus en mesure de se trouver du boulot dans la LNH, s'exilant donc en Europe. Au final, en deux saisons, soient de 2003 à 2005, Andrew Raycroft est passé de recrue de l'année ainsi qu'aspirant au Vézina, à un gardien incapable de s'imposer comme auxiliaire dans la LNH.


0
  

Commentaires

Tu souhaites participer à cette discussion?!? Rejoins dès maintenant la communauté de TSLH!


Rejoindre la communauté  -  Les avantages de devenir membre

OU

Si vous possédez déjà un compte sur TSLH, assurez-vous que l'email du compte est le même que de celui de votre compte Facebook.


S'adresser à un ou des utilisateur(s)

Commentaire
 
Tu souhaites écrire sur le monde du hockey?!? Rejoins dès maintenant notre équipe de collaborateurs!
Ça m'intéresse!
Nombre de réponses : 5
#115007

Gervy70
DiPietro aurait effectivement dû se retrouver au 1er rang....et dire merci à Mike Milbury pour l'obtention de cette place....Car avec la carriere qu'il avait connu avant d'etre repeché....je mets en doute sa position lors du repechage...

De plus...Milbury en avait pas encore assez, il a fallut qu'il lui accorde un contrat completement démesuré...comme quoi ce pitoyable DG a ajouté insulte à l'injure envers les partisans des Islanders qui ont eu à se mettre peu sous la dent avec le pietre travail de ce DG....qui avait des échanges completement ridicule...Yashin...Redden...Chara....vous vous rappelez ??

8.Mai.2017 - 23:43   
   +1  
#115002

laurent.houle
@mat.para JE COMPREND TES CHOIX MAIS NEMPECHE QUE DIPIETRO EST PREMIER AU CLASSEMENT ET CE BIEN AVANT RAYCROFT

8.Mai.2017 - 17:51   
   +1  
#114998

mat.para
@Hicham55 Des gardiens sélectionés en premiere ronde ca se fait presque plus. Egalement, ce sont tous des "one season wonder" qui ont rehaussé les attentes après avoir connu une ou deux bonnes saisons, pour ensuite éteindre leur carrière de façon drastique. Il ne fait également pas oublier que Raycroft a gagné le Calder tout de même. On s'attendait à beaucoup plus de lui, mais....

@laurent.houle À titre informatif, on parle des plus grands flops des années 2000 et non de l'histoire

8.Mai.2017 - 15:13   
   -1  
#114996

Hicham55
À part Dipietrose sont tous des choix de 4eme ronde et plus... on peut pas vraiment qualifier ça de flop... En plus plasser Raycroft devant Dipietro...

8.Mai.2017 - 15:01   
   0  
#114979

laurent.houle
dans la chronique il qualifi dipietro de plus grand flop de lhistoire mais classe raycrof comme premier
a mon avis cest dipietro le pire pcq il etait premier choix les attentes etait elever et na jamais eu les resultats de plus les islanders vont le payer encore plusieur annee meme s'il n'est pu compter sur leur mase salariale

7.Mai.2017 - 20:03   
   +1