Javascript doit etre activé dans votre navigateur pour accéder a www.toutsurlehockey.com
Fermer

Publié par NashvilleFrance  -  7.Janvier.2017 - 17:17
1722 
 

Dossier | Quand le top-6 des Panthers de la Floride se retrouve scindé en deux

FLO.jpg
Photo par Resolute ©
Vainqueurs hier soir de leur duel face aux Prédateurs de Nashville (2-1), les Panthers de la Floride se sont quelque peu rapprochés de leur objectif, la dernière place en séries disponible à l'Est, actuellement détenue par les Flyers de Philadelphie. Pour l'heure, trois points seulement séparent les deux formations, qui comptent par ailleurs le même nombre de matchs disputés (40). Mais cette année, les ''Cats'' (24ème offensive de LNH, 95 filets marqués) ont cependant dû composer avec des problématiques bien plus pesantes que la plupart de leurs rivaux, gênés par les nombreuses blessures d'éléments-clés à l'attaque, mais aussi par l'imbroglio interne qui a suivi le congédiement surprise de Gerard Gallant.

Une première ligne qui tourne bien, très bien

Une situation complexe, mais pas inextricable pour les Floridiens, qui ont trouvé leur rythme il y a peu dans le sillage d'un excellent premier trio. Alors qu'hier, l'alignement de Tom Rowe était amputé de Jonathan Huberdeau, Aleksander Barkov et Seth Griffith, ces absences n'ont pas empêché ses hommes de dépasser les Preds au nombre de tirs au but (34-29). Capables de se procurer de nombreuses chances de mettre en danger le gardien adverse, les Panthers ont su se trouver un trident de leaders pour les porter offensivement, en associant Jonathan Marchessault (12 buts, 13 passes, 25 points en 33 matchs), Vincent Trocheck (11 buts, 11 assistances, 22 points en 40 matchs) et Jaromir Jagr (7 buts, 18 passes, 25 points en 40 matchs). À l'heure actuelle, c'est ce trio regroupant les trois meilleurs pointeurs de l'équipe en l'absence de Barkov (27 points en 36 matchs), qui prend à son compte l'initiative du jeu chez l'adversaire. En témoigne notamment les 6 lancers tentés hier par Trocheck, qui gagne en ce moment une certaine dimension des deux côtés de la patinoire. Sans surprise, cette présence importante des trois compères au chapitre des tirs se traduit dans les métriques de possession les plus classiques, Jagr (57), Marchessault (55,3) et Trocheck (55,2) affichant tous un excellent CorsiF%, en étant là-encore dépassés par le seul Aleksander Barkov (57,2).

Si l'absence du Finlandais pèse lourd dans l'équilibre offensif de sa formation, Rowe est cependant parvenu à assembler une ligne qui, bien qu'elle ne soit pas des plus létales sur le plan numérique, colle parfaitement à cette idée de jeu basé sur la maîtrise de la rondelle à 5-contre-5. Au-delà de leur habilité à se créer des opportunités, ces trois joueurs brillent également par leur efficacité dans la zone adverse. Cette saison, Jonathan Marchessault atteint par exemple un pourcentage de tirs à 14%, ce qui représente une excellente performance à l'aune de ses 86 tentatives enregistrées depuis la reprise. Derrière lui, Trocheck poste un solide 9,5% sur 116 lancers. Pour Jagr, c'est en revanche plus compliqué, avec un taux de conversion de 7,4% sur 94 tirs. Mais qu'à cela ne tienne, le légendaire tchèque se rattrape au niveau des assistances, développant depuis peu une bonne chimie avec ses compagnons de trio. Une qualité dans la distribution du jeu qu'il affichait d'ailleurs tout autant avec Barkov et Griffith il y a quelques semaines, avant que les blessures ne viennent contraindre Rowe à modifier ses plans pour la première ligne. Néanmoins, la configuration actuelle des choses réussit plutôt bien aux trois équipiers, qui maintiennent ainsi l'attaque à flot en attendant le retour des blessés.

Un deuxième trio exsangue

Derrière eux, en revanche, l'état des forces en présence est bien plus inquiétant. Du fait de ces multiples indisponibilités, les Panthers ont dû hier compléter leur top-6 avec un trio Jokinen-Bjugstad-Smith, qui sera probablement bientôt pivoté par Jared McCann, appelé à remplacer un Bjugstad sorti sur blessure face à Nashville. Quoi qu'il en soit, un rapide coup d'œil aux statistiques de ce quatuor permet de mieux envisager le trou béant laissé par les absences de Barkov, Huberdeau et Griffith. Très précieux l'an passé avec une récolte de 60 unités, Jussi Jokinen se morfond cette année avec juste 8 points au compteur (3 buts et 5 passes en 30 matchs). Centre modeste appelé à patrouiller les dernières lignes, Jared McCann n'en est qu'à 3 points en 18 matchs (1 but, 2 assistances), un total qui tend à prouver que sa place n'est pas, à long terme, sur le top-6 des Floridiens. Miné par les blessures, le pauvre Nick Bjugstad traîne sa peine avec seulement 2 présences sur la fiche de pointage cette saison (1 but et 1 assistance en 21 rencontres). Seul joueur du groupe à surnager au dessus des 10 unités, Reilly Smith cumule actuellement 7 buts et 9 passes pour un total de 16 points. Aussi, on constate rapidement que sur l'ensemble des joueurs valides susceptibles d'évoluer sur les plus hauts postes avants, la production offensive est loin d'être au rendez-vous.

Cependant, au vu de l'équilibre précaire de son attaque, Tom Rowe a fait le choix de concentrer ses éléments en forme sur sa première ligne, afin que celle-ci puisse montrer la voie en matière de jeu chez l'adversaire. Une stratégie qui nous laisse avec un second trio en manque de vie, sclérosé par le manque de confiance de Jokinen et Bjugstad, trop exposés alors qu'ils traversent tous deux une phase assez compliquée. Esseulé, Reilly Smith fait donc tout son possible pour apporter un peu de tonus et de mouvement à cette association, multipliant les déplacements Est/Ouest afin de créer des espaces pour ses partenaires. Patineur agile, rapide, doté d'une bonne vision du jeu, Smith affiche une belle activité, mais ne peut en revanche sauver ses partenaires de leur propre crispation. Dans ce contexte compliqué, le coach Tom Rowe lutte donc encore pour faire coexister sainement joueurs bien lancés et éléments plus timorés, un art complexe mais ô combien important dans la mise en place d'un bon top-6.

Une philosophie en question

Alors, problème de style? De personnalité? Quelle est donc la source des difficultés de l'ancien DG à établir une hiérarchie solide chez ses attaquants les plus productifs? Évidemment, il y a la dimension personnelle qui fait suite au licenciement douloureux de Gerard Gallant, qui était selon beaucoup très apprécié du vestiaire floridien. Rowe, chantre de l'approche statistique, n'a pas manqué d'être caricaturé depuis son arrivée sur le banc, certains blâmant son manque d'aura quand d'autres tirent à boulets rouges sur les analytiques, fer de lance de sa philosophie.

Et ces stats avancées justement, que nous indiquent-elles? Il y a quelques semaines, c'est Andrew Berkshire, de Sportsnet, qui est venu s'intéresser de près au cas des ''Cats'', relevant quelques éléments qui pourraient servir notre réflexion. On le sait, l'une des bases des analytiques au hockey consiste à envisager la possession de la rondelle par le prisme des tirs tentés, socle de la pensée derrière l'indice Corsi. Au-delà du nombre de lancers, certains observateurs, en l'occurrence la firme Sportlogiq, recensent également la qualité de ceux-ci, ainsi que leur dangerosité. À la mi-décembre, Berkshire relevait ainsi qu'à forces égales, le pourcentage de tirs pris par la Floride depuis l'enclave, ou depuis d'autres zones sensibles, demeurait un peu moins élevé sous Rowe que sous Gallant. Si, ramenée à une estimation sur 20 minutes de temps de jeu, la tendance paraît en revanche pencher légèrement à l'avantage du nouvel entraîneur, reste que le bilan global tiré par Berkshire tend à indiquer que les ''Cats'' ont du mal à se montrer constants sur le plan des chances de marquer et ce, peu importe le coach.

Une conclusion qui fait écho à ce que nous avons vu précédemment, alors que la franchise de Sunrise compose actuellement avec un top-6 scindé en deux sur le plan des performances individuelles. Avec Rowe aux commandes, il est bon de noter que les Panthers ont cependant réussi plusieurs fois à prendre la main au chapitre des tirs tentés, le coach souhaitant probablement que les phases de possession de ses hommes se traduisent par de nombreuses tentatives. Malgré cela, le déchet dans les lancers des Panthers reste remarquable, les locataires du BB&T Center pointant au 29ème rang de la ligue pour ce qui est du pourcentage aux tirs (7,14%).

Au final, Rowe doit donc composer avec deux problématiques. L'une est technique, avec ce besoin latent d'équilibrer ses lignes en trouvant une solution durable pour que la dynamique des Marchessault, Jagr et autres Trocheck puisse couvrir la misère d'éléments comme Bjugstad et Jokinen. Ce faisant, il trouvera peut-être la clé du manque d'efficacité relatif de ses troupes au ratio tirs tentés / buts marqués. L'autre questionnement reste plus psychologique, alors que notre homme semble encore tâtonner dans sa quête visant à faire accepter son approche du jeu à l'ensemble du vestiaire. Dans l'optique de chasser définitivement le fantôme de Gerard Gallant, nul doute que les retours prochains d'Aleksander Barkov et Jonathan Huberdeau feront beaucoup de bien.

Sources Statistiques:

hockey-reference.com
sportingcharts.com
NHL.com

 Panthers de la Floride - ( FLO )

Ass. de l'est


Saison Position LNH Position EST PJ V D OTL PTS % Victoire BP Moy. B.P./match BC Moy. B.C./match
2016-2017 23e 13e 82 35 36 11 81 0.427 205 2.5 231 2.82
2015-2016 7e 3e 82 47 26 9 103 0.573 232 2.83 200 2.44
2014-2015 20e 10e 82 38 29 15 91 0.463 198 2.41 213 2.6

Dale Tallon - Directeur général


+2
  

Commentaires

Tu souhaites participer à cette discussion?!? Rejoins dès maintenant la communauté de TSLH!


Rejoindre la communauté  -  Les avantages de devenir membre

OU

Si vous possédez déjà un compte sur TSLH, assurez-vous que l'email du compte est le même que de celui de votre compte Facebook.


S'adresser à un ou des utilisateur(s)

Commentaire
 
Tu souhaites écrire sur le monde du hockey?!? Rejoins dès maintenant notre équipe de collaborateurs!
Ça m'intéresse!

PANTHERS DE LA FLORIDE - 2017-2018

6 contrats à échéances au 2018-07-01.
0 joueur autonome au 2018-07-01.
0 joueur autonome avec restriction au 2018-07-01.
Dirigé par monsieur Dale Tallon



CONTRAT À ÉCHÉANCE POUR LA SAISON 2017-2018

 [RW] - Radim Vrbata 2,5$ M 2017-2018 JA
 [D] - Alex Petrovic 1,85$ M 2017-2018 JA
 [C] - Colton Sceviour 0,95$ M 2016-2018 JA
 [D] - Michael Matheson 0,93$ M 2015-2018 JAR
 [RW] - Alexandre Grenier 0,73$ M 2017-2018 JA
 [C] - Denis Malgin 0,69$ M 2016-2018 JAR


DATES IMPORTANTES SAISON 2017-2018

Début de la saison : 2017-10-04
Fin de la saison : 2018-04-07
Date limite des transactions : 2018-02-26
Début du marché des agents libres : 2018-07-01



MASSE SALARIALE POUR LA SAISON 2017-2018

Plancher salarial : 55,4 $ M
Plafond salarial : 75 $ M



EN VRAC

Réseaux sociaux