Javascript doit etre activé dans votre navigateur pour accéder a www.toutsurlehockey.com
Fermer

Publié par mat.para  -  29.Novembre.2016 - 02:44
2574 
 

Chronique vintage | Le parcours de Cristobal Huet revisité, lui qui a signé une extension de contrat à 41 ans

NLA.jpg
Photo par David Vollborth ©
L'an prochain, l'ancien gardien du Canadien aura 42 ans lorsque le camp d'entrainement du HC Lausanne s'amorcera et Huet en fera bel et bien partie alors qu'il a signé une extension de contrat pour une saison. Depuis qu'il a tourné le dos à la LNH en 2010, Cristobal Huet roule sa bosse en Suisse, dans la NLA. S'alignant pendant deux saisons avec le Fribourg-Gotteron, Huet endosse depuis le maillot du HC Lausanne, où il connait actuellement un franc succès dans cette ligue qui est loin du calibre offert en Amérique du Nord. Toutefois, une fin de carrière parsemée de succès est bien méritée pour ce gardien dont le parcours est des plus impressionnants.



Un Français dans la LNH, c'est possible ça ?

À l'époque où Cristobal Huet fut repêché en septième ronde par les Kings, plusieurs ont haussé les sourcils: «Cristobal qui? Un gardien français ?» Cette sélection se valait pour le moins anodine, jusqu'au moment où Huet fit ses débuts en 2002 pour les Kings. En 12 rencontres, Huet fait bien avec une moyenne de buts alloués de 2,33 et une efficacité de 0,913. Rien pour exciter les fans des Kings, mais tout pour emballer une nation française entière qui regarde attentivement les performances de leur gardien national. De bonnes statistiques la même année dans la LAH lui permettent de se frayer un chemin comme auxiliaire avec les Kings la saison suivante. À sa saison recrue, Huet se débrouille bien, mais pas assez pour convaincre les Kings de le garder. Une saison en ligue allemande s'en suivra, d'où il attira les regards d'un club qui nous est bien connu.

Une transaction mineure, qui devient vite majeure

Les Kings possédaient toujours les droits de Cristobal Huet, mais celui-ci s'était tourné vers l'Allemagne. Ne servant plus à rien pour l'organisation, les Kings décident de transiger avec le Canadien pour acquérir les services du gardien québécois Mathieu Garon. Le Canadien mettait ainsi la main sur Radek Bonk, pièce maitresse de l'échange, ainsi que sur Cristobal Huet. La grogne avait saisi Montréal sur le fait d'avoir échangé un Québécois et plusieurs critiquaient l'arrivée d'Huet. Le gardien français se pointait à Montréal alors que la situation des gardiens était bien particulière à l'époque, d'où les questionnements quant à son acquisition. Le Tricolore comptait sur les services d'un récipiendaire du Vézina en José Théodore, mais derrière lui, déjà deux autres gardiens se partageaient le rôle d'auxiliaire. David Aebischer et Yann Danis ne livraient pas la marchandise, tout comme Théodore, qui connaissait l'une de ses pires saisons en carrière.

La surprise fut inouïe. Cristobal Huet s'implante dès lors comme le gardien partant du CH avec des statistiques impressionnantes. Huet propulse le Tricolore au troisième rang de leur division, mais l'équipe montréalaise se fait expulser des séries au premier tour. Ses performances ont eu de quoi soulever toute une nation sur l'autre contient, comme l'expliquait un joueur de l'équipe nationale française, Florian Hardy, dans un écrit d'Alexandre Pouliot-Roberge, sur le RDS.ca:

«En France, pour les gardiens, Cristobal est une légende vivante. C'est incroyable ce qu'il a fait dans la LNH et ce qu'il fait aujourd'hui pour l'équipe de France.»

Une inspiration pour son pays natal et une révélation pour sa terre d'accueil. Cristobal Huet se fait un nom à Montréal. Ses performances chassent Théodore de la Métropole et l'opportunité d'être le seul et unique partant est offerte au Français sur un plateau d'argent. Ses performances ne se poursuivent pas plus longtemps cependant, voyant ses moyennes descendre drastiquement. L’ascension de Carey Price, le choix de première ronde de 2005, jumelé à l’arrivée de Jaroslav Halak et aux contre-performances d'Huet, force Bob Gainey à bouger. Le choix de signer Huet à long terme était alors mis de côté, lui qui devenait agent libre à l'été. Le Français est donc échangé à Washington dans un même dessein qu'il a fait subir à Théodore deux ans avant. Le Canadien met la main sur un choix de troisième ronde, qu'il refile à Atlanta pour Mathieu Schneider. La carrière d'Huet subit du coup un nouveau souffle, au grand bonheur des Capitals.

Avec une demi-saison d'entamée à titre de partant chez le CH et avec un Olaf Kolzig au bout de sa carrière, Huet ne tarde pas à faire regretter l'échange du CH. L'effet inverse d'à son arrivée se fait sentir: les partisans critiquent la décision d'envoyer Huet alors que l'on qualifie Price de ''jeune gardien pas prêt''. Son arrivée propulse les Capitals au premier rang de leur division. Libre comme l'air l'été même, Huet signe un contrat lucratif pour garder le fort chez les Blackhawks de Chicago. Il partage le filet avec Nikolai Khabibulin de façon équitable et les Hawks subissent la défaite en finale de Conférence. Lors de ces séries, Huet est relégué en second plan, malgré les performances ordinaires de Khabibulin.

Terminer sa carrière LNH avec un exploit remarquable

La saison suivante, en 2009-2010, Huet retrouve son filet à titre de partant, mais ce ne sera que de courte durée avec l'émergence d'Antti Niemi. Huet ne connait pas une bonne saison et est tassé par Niemi, une jeune recrue à l'avenir prometteur à l'époque. En série cette saison-là, c'est Niemi qui fut l'homme de confiance et le Finlandais a donné raison à Joel Quenneville puisque sa troupe a remporté la Coupe Stanley. Malgré le fait qu'Huet trébuchait à nouveau dans sa carrière, il devient le tout premier gardien français à soulever le prestigieux trophée, un honneur accueilli chaleureusement par la France tout entière.

La saison suivante, les Hawks sont dans un dilemme avec Niemi, Huet et le jeune Corey Crawford, qui semble prêt pour la LNH. Huet est ainsi prêté à l'équipe suisse Fribourg-Gotteron, dans la LNA afin de libérer de l'espace sur la masse salariale de l'organisation.

'' J'ai dû faire mon deuil. Ce n’était pas facile. Je gardais l’espoir de revenir dans la LNH, mais ce n’est malheureusement pas arrivé. En Europe, on joue dans des conditions bien différentes. Le personnel et les installations, c’est un autre monde. Ça m’a pris quelques mois à m’habituer, mais je suis heureux de jouer en Suisse,'' avait-il révélé en 2015 à Alexandre Pouliot-Roberge du réseau RDS.

Avec deux saisons à écouler à son contrat, c'est en Suisse qu'il le conclut, sans aucune chance de revenir en Amérique. En 2012, il se tourne vers le HC Lausanne et y connait un franc succès. À sa première saison, il remporte le Championnat de Suisse en LNB et l'équipe est automatiquement transférée en LNA. Huet conserve d'excellentes statistiques depuis son arrivée en Europe. Cette saison, Huet présente une moyenne de 2,33 et une efficacité de 0,912. Son équipe se positionne au quatrième rang de la LNA avec une fiche de 15-9-1. À 41 ans, Huet se présente dans les meilleurs gardiens de cette ligue. Il serait facile d'aborder la pauvre parité de la LNA, mais pour un gardien qui part de loin comme Huet, des performances comme celles-là à son âge sont tout à fait respectables.



+3
  

Commentaires

Tu souhaites participer à cette discussion?!? Rejoins dès maintenant la communauté de TSLH!


Rejoindre la communauté  -  Les avantages de devenir membre

OU

Si vous possédez déjà un compte sur TSLH, assurez-vous que l'email du compte est le même que de celui de votre compte Facebook.


S'adresser à un ou des utilisateur(s)

Commentaire
 
Tu souhaites écrire sur le monde du hockey?!? Rejoins dès maintenant notre équipe de collaborateurs!
Ça m'intéresse!